D.L.U.O

Je vais vous parler d’un temps que les moins de dix ans de résidence n’ont pas connu.
En ce temps là notre Président du Conseil d’administration, dans un article paru dans le journal « L’Humanité » du 17 août 2006, nous disait « pour vivre heureux vivons tout nus », nous parlait d’un brassage des couches sociales et de handicap physique.(L’Humanité)
Mais tout cela n’est plus d’actualité.
Après plus de trente ans passé à Hélio, j’arrive à l’age limite de résider dans ce centre naturiste selon les nouveaux critères de la direction, le centre n’ayant pas pour but d’être un mouroir ( pour info, la moyenne d’age du conseil d’administration est d’environ 65 ans)
Je me vois donc dans l’obligation de vendre mon chalet tout confort :cuisine équipée, salle d’eau, possibilité de 6 couchages,etc…
Les conditions pour l’acheteur sont : avoir une vraie envie de venir, être jeune et riche, en bonne santé, j’ajouterai un PLUS : ne pas boire, être végétarien.
Mais aussi accepter une augmentation annuelle de 15% non justifiée – sauf à vouloir la disparition de la clientèle – et un avenir incertain du centre ( tout s’achète, tout se vend )
Comme il est écrit dans la dernière revue France 4, vous pourrez vous promener sur les sentiers de forêt – seulement si vous avez des bottes car il sont boueux et défoncés -, mais vous ne verrez pas de lapins car ils ont été éradiqués un 31 décembre 2011 sur décision de la direction.
Pour des raisons économiques, le centre pourra être fermé l’hiver donc pas de SPA, économies réalisées environ 900€, soit environ 4€ par parcelle louée à l’année et la perte de recette des journaliers.
J’avais envie de crier ma déception, voilà c’est fait.

_(Expire le 26 Jun 2015)_

Ce contenu a été publié dans Coups de Gueule, Vie du Centre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à D.L.U.O

  1. Pierre THILLET dit :

    Le Président du Conseil d’Administration n’en est pas à une contradiction ni à une trahison près. La confiscation du mouvement initié il y a quelques années pour faire face aux dérives de la SocNat, a été dénoncée par Osélio. L’article de Jean-Claude met bien en évidence que le pouvoir « d’un seul » (qu’il s’agisse d’un groupe restreint d’individu ou d’une personne), ne garantit pas un engagement naturiste. La création d’une Scoop, en lieu et place d’une SA, aurait mieux répondu à notre perception de la gestion d’une centre naturiste. Certes, cela aurait sans doute demandé bien des efforts, nombre de difficultés relationnelles ou de gestions auraient été à surmonter, comme souvent dans les Scoop. Mais nous savons tous que la démocratie est une route difficile. Cependant la force du collectif est de pouvoir faire face aux dérives autoritaires et aux erreurs de gestion des individus qui s’imaginent être les meilleurs et savoir mieux faire que tous les autres. Mais ne soyons pas déçus : ne baissons pas les bras, sachons faire face aux difficultés. Soyons résolus, diffusons notre façon de voir, et agissons auprès de toutes : la défense et la promotion du naturisme et de ses valeurs en valent la peine !

  2. Michel BROYER dit :

    AH… OUI !!!
    C’est pile, ou c’est face !

Les commentaires sont fermés.