sous les poiriers, la plage

Sous les poiriers, la plage..

Aux arbres et à leurs fruits, à ceux qui les regardent et ceux qui les mangent…

A la fin de cette saison, les deux poiriers qui jouxtaient le sable nous ont quitté. Ratiboisés, pour laisser place à, sans doute, plus de palmiers, plus de sable, plus de transats.

Ils nous accompagnaient, nous les accompagnions.

Nous avions sans doute plus besoin d’eux qu’ils n’ avaient besoin de nous, mais qui sait?

Nous regardions leur feuillage vivre sous les nombreuses lumières que nous offre l’année dans ce petit coin que nous aimons. Ils abritaient, parfois, les amours cachées de couples de pigeons ramiers.

L’un disait au revoir à ceux qui, le vague à l’âme penché sur le lundi à venir, quittaient la piscine un dimanche soir. L’autre, protégé par le chêne majestueux, laissait tomber ses fruits sur les visiteurs profitant de l’ombre du chêne qui, alors bien réveillés, ne pouvaient que s’exclamer «et pourtant, il tourne (le soleil)». Et de déplacer alors leur serviette, pour un peu plus d’ombre, pour un peu plus de soleil.

Ils partirent d’un coup, arrachés, laissant un amas de racines sans charme perdues dans une terre retournée, sèche de cette année sans pluie.

Leurs fruits avaient quelques amateurs, je n’en fis qu’une mauvaise compote. Mais le souvenir d’un couple de pigeon s’ébattant, souvenir datant des premières années où je venais, quand je prenais plus de temps à observer chaque arbre qu’à palabrer à l’ombre du chêne, m’inspira, et c’est ainsi que de petites poires difformes se retrouvèrent à figurer – pour moi, et pour quelques autres j’espère, un couple d’oisillons.

Ils seront la seule trace palpable que je garderais de ces arbres, puisque jamais je ne les photographiais, règlement oblige. Ne restera plus dans l’esprit que le souvenir des parterres de fruits de l’un, où nous pouvions quand même nous poser, et le feuillage riche de l’autre, captant les lumières au gré de ses humeurs, de celles du soleil et des nuages, et des nôtres.

Yves

 

 

 

 

 

 

 

_(Expire le 29 May 2019)_

Ce contenu a été publié dans Coups de Coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire