Naturisme et musique… une gageure ?

Nous évoquions tantôt le naturisme au bureau… Quid du naturisme en musique ?

D’après Annabel Benhaiem

En 2017, il avait bel et bien été programmé un concert du célèbre groupe anglais « Cavern Beatles » au Cap d’Agde, un « Tribute to The Beatles », en une forme résolument dédiée au naturisme.

  Musiciens naturistes

Ceux et celles qui fantasmaient déjà sur une certaine image, 4000 personnes nues dans l’enceinte des arènes, pour voir et entendre « Cavern Beatles » ont-elles hélas en fait été déçues ? Vincent Ribeira, chargé de la programmation des arènes, démentit formellement le projet : « Ils ont voulu faire de la provoc’, du buzz, un coup de pub ». Mais ça a marché puisque tout le monde en a parlé ! Mais Basta ! Fi du naturisme ! Pour la bonne forme ce fut – sanction sans appel – un concert bien sous tous rapports. En d’autres termes : normal – osons le dire – décent ! Dont acte…

Patrice Diaw, à la tête de la société « Summer of love 50 », producteur du groupe, le concède, quelque peu déçu et attristé : il a tenté le coup, avec comme idée de départ d’organiser un véritable concert où le public serait tout nu. « On savait que ça poserait un certain nombre de problèmes mais on ne pensait pas que ça prendrait une telle ampleur », assure le professionnel, adepte lui-même du naturisme. Et de plaider pour une façon de « célébrer l’année 67 et le mouvement hippie ». Des arguments qui n’ont – contre toute attente – pas fait mouche du côté de la municipalité agathoise. Plusieurs sites nationaux des plus sérieux ont relayé cette information. Fort dommageablement, dixit les antagonistes, un tel concert ludique tant espéré n’aura pas droit de cité sous cette forme librement naturiste ! Vincent Ribeira, chargé de la programmation des arènes, dénonça à son corps défendant un coup de pub hypothétique peu vraisemblable de la part de la société de production « Summer of love 50 ». A terme, Les fans des Beatles s’en seraient-ils remis ? Un concert naturiste en hommage au mouvement hippie et aux cinquante ans de l’album « Sgt. Pepper«  devait – en tout bien tout honneur – se tenir au Cap d’Agde un certain venderdi 12 juillet 2017, pour l’anecdote interdit aux mineurs… et aux personnes habillées ! Quatre mille personnes (si les billets venaient à largement se vendre) devaient se retrouver aux Arènes de la station balnéaire, entièrement nues !’ Pendant 2h30, les « Cavern Beatles » avaient prévu de rejouer l’album mythique « Sgt. Pepper », sorti en 1967, qui « a participé au lancement du mouvement hippie », explique au HuffPost l’attaché de presse de la production.

Image iconique… Pour le producteur de Summer of love, ce spectacle était né de l’envie de reproduire l’esprit qui a entouré le mouvement californien, avec l’image référente du nu de John Lennon et de Yoko Ono de 1968. Le « pape », derrière « Summer of love », c’était Patrice Diaw, un musicien qui a œuvré dans la scène punk puis qui s’est converti en manager d’artistes, dont Doc Gyneco. Il a ensuite monté cette société de production de spectacles, qui propose de revivre presque à l’identique les concerts mythiques des années 60 et 70. Pour ceux qui rêvent de musique et de liberté, il vous sera peut être un jour donné d’aller danser sans vêtements – qui gênent vos mouvements – lors d’un concert naturiste exceptionnel. Selon le Huffington Post, osons espérer qu’il aura lieu, certes à postériorité impondérable quelque part en France ou en Navarre, à la campagne, au bord de la mer, à la montagne, au libre choix des décideurs « d’office gens biens comme il faut, convenables sous tous rapports », en un lieu et une date pour l’heure d’emblée – sommes en nous persuadés – résolument hypothétiques…Baptisé « Summer of Love 50 », pour rendre hommage à cet été de 1967 qui a vu la naissance du mouvement hippie, cet évènement devait accueillir près de 4000 personnes. Un « Tribute band » des Beatles se proposait de se charger idéalement de faire honneur au « flower power » et de jouer l’album cultissime « Sgt. Pepper’s Lonely Hearts » Club Band sorti il y a 50 ans. Ce disque fait partie d’un des incontournables de la culture hippie, et certains assurent même qu’il a eu un rôle prépondérant dans l’émergence du mouvement. « C’était l’état d’esprit du Summer Of Love que nous voulions faire revivre ». Interrogé par le « Huff Post », l’organisateur de ce concert, Patrice Diaw, déclara : « En ces temps troubles, voir 4000 personnes totalement nues reprendre All You Need is Love, devra sonner comme un message ». Musicien et ancien punk, Patrice Diaw travaille désormais comme manager d’artistes. Il poursuivit : « C’est l’état d’esprit du Summer Of Love que nous voulons faire revivre : la nudité, associée à la liberté de cette époque, est ici un symbole ». La tournée du Summer of Love 50 passa « sagement vêtue (!) » par les arènes de Fréjus, Saint-Rémy-de-Provence, Palavas et Le Grau-du-Roi du 9 au 13 juillet 2017. Attention, ce seul événement au Cap d’Agde se devait à l’origine du moins, d’autoriser, voire, mieux, de plébisciter le naturisme ! « Les batailles se perdent par indécision ou excès de prudence », (Napoléon Bonaparte) « En bataille, en amour, en toute chose, le lendemain est un grand jour ». (Madame de Girardin) A l’envi, « un brave homme ne demande pas son congé la veille des batailles »… (Adolphe Thiers) Alors, quoi qu’il puisse en advenir… Tout est perdu, fors l’honneur ? (François 1er – bataille de Pavie – 25 février 1525)

Que Nenni ! Le Naturisme, en ce « Tribute to The Beatles », a perdu une bataille, certes… mais il n’a pas perdu la guerre »…

M’enfin !

Amitiés naturistes,

Michel.B

_(Expire le 20 Aug 2019)_

Ce contenu a été publié dans Naturisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.