Du Coq… au Tango…

Un beau matin brumeux, dès potron-minet, arrivant à Hélio, la barrièrre s’ouvre…

Cocorico !!!

Le chant du coq !

Sublime époque heureuse des années 60 – révolue – réminiscence cependant altérée dans une indicible sourde incertitude scolaristique d’un avenir tellement indéfini, qu’elle en devenait oppressante. Il n’en demeure pas moins qu’au lever du jour, le chant du coq du poulailler familial nous procurait, mes frères Patrice tragiquement disparu le premier mai 2017, (que je me suis plu à dessein à faire paraître bien vivant dans la modeste vidéo que je propose ci-après à qui veut bien y consacrer quelques instants) Jean et moi, une profonde émotion apaisante revigorante, quasi viscérale, synonyme de nature, de belle campagne, de « vrai », de tradition champêtre… Ce coq régnait en véritable tyran ! C’était cependant la musique matinale à priori hélas devenue quasi obsolète, en nos  temps perturbés, des fermes et charmantes métairies de nos jeunes années, images de ce que sait ou savait jadis sans vergogne être « le sens de l’effort », (…) véritable dur labeur s’il en est…

Vous chantiez, joli Coq ? 

J’en suis fort aise !

Et bien – Dansez maintenant…

« Du coq à l’âne »…  allons gaillardement « du Coq… au Tango« .

A l’attention de tout un chacun désireux de retrouver quelques instants l’indicible langage du tango… cliquer sur le lien ci-dessous. (El-Gallo-WMV) – Pour ouvrir, en fin du téléchargement, clic gauche sur le fichier < El-Gallo-WMV (xx).wmv > :

El-Gallo-WMV

Oswaldo Pugliese – El Gallo Ciego – « Le Coq aveugle » – Tango argentin traditionnellement  imposé dans les grands concours internationaux de tango. Bel hommage à ce grand art… toujours jeune et si vivant !!!

Que dire encore ? Sinon que « Vive l’art éternel », que vive la nature. Que perdurent la faune et la flore sous toutes leurs formes… Encore et toujours, vive la saine convivialité,  sans laquelle toute communication humaine ne saurait qu’être en toute désolation nulle et tristement illusoire !

Ceci ne doit il pas être « la Loi », l’évidence en notre si bel environnement ?

Dixit Jean Ferrat… « Au bout de mon âge… qu’aurais-je trouvé » ? Vivre est un village ou j’ai mal révé… je me sens pareil au premier lourdaud, qu’encore émerveille le chant des oiseaux…

Pour qui sait la voir et l’admirer… tout le reste m’idiffère, j’ai rendez-vous avec vous, belle nature… (dixit le poète, l’Ami Georges)

Vive la Vie ! Vive le naturisme…

Amitiés naturistes,

Michel.B

_(Expire le 04 Oct 2019)_

Ce contenu a été publié dans Coups de Coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire