remis à l’entrée et retournés à la fin de la journée. Y à la direction

Merci Xavier pour ce rappel…
Ainsi donc la lettre d’Yves

 

Bilan d’une année particulière d’une centre qui l’est aussi..

Dans la peau d’un primo-arrivant

Que trouverait, aujourd’hui, une personne découvrant pour la première fois le centre… ?

Un base générale solide, une belle piscine dans son dimensionnement, son positionnement, un domaine forestier de qualité, bien entretenu.

L’isolement nécessaire au calme de l’ensemble sans non plus être à 4 kilomètres à pied d’une gare, ce qui permet à de nombreuses personnes sans véhicule individuel de venir.

L’absence de toute voie routière bruyante à proximité, absence dont nous ne mesurons pas assez le bénéfice qu’elle apporte à l’endroit.

Le calme d’un espace camping que ne troublent que quelques avions, petits et gros, que nous tolérons sans peine, et d’autant mieux que les très mauvaises séquences musicales de l’année passée autour du restaurant et de la piscine n’ont plus cours.

Des parcelles de résidents vivantes, ouvertes mais pudiques, et une bonne humeur, un vrai plaisir lorsque l’on circule dans les allées du centre. Un soin général dans la tenue de l’ensemble, aussi, sans qu’il ne relève de l’assemblage de chalets suisses, ce qui, dans le monde d’aujourd’hui, est préférable pour une clientèle qui vient échapper aux standardisations de la ville moderne. Cette clientèle pourra bénéficier d’un espace de repos dans l’ensemble bien dimensionné par rapport à ses fréquentations d’été et d’hiver. Elle serait sans doute charmée d’un esprit général proche de celui des début, sans chapelles ni dérives.

Notre primo-arrivant pourrait aussi tabler sur un accueil robuste mais sincère au restaurant, de prix et d’une carte adaptés à la clientèle. Il saurait profiter, aussi, de la variété de l’offre locative, même si des tarifs “individuels” pour l’hébergement, et de manière générale des tarifs « jeunes » permettraient peut-être de faire venir plus de monde….Mentionnons aussi que des locations “à la saison” de bungalows permettraient aussi de favoriser le chemin vers l’acquisition réfléchie d’un chalet, et que l’absence d’une telle offre est dommageable au repeuplement du centre, qui sera un jour ou l’autre indispensable, vieillissement de sa population de résidents oblige.

Il faut aussi mentionner les alentours, à nouveau autorisés après deux mois d’interdiction, toujours aussi merveilleux, mais dont malheureusement seuls quelques résidents profitent vraiment. Les randonnées organisées par le centre sont une rareté, la valorisation des circuits environnants inexistante, et c’est un grand dommage.

Le positif est là, durable, inscrit dans les lieux et leur histoire, porté par des résidents investis au long cours et des utilisateurs réguliers actifs, renforcé par tous ceux de passage qui, les jours de grande affluence au cœur des mois d’été, savent créer une atmosphère récréative, ou par ceux qui, en plein hiver, maintiennent la flamme de la pratique des lieux internes (sauna, chalets), comme de la nature environnante par de multiples promenades. Ceux qui, suite à des déménagements, ont essayé de trouver ailleurs en France (hors zones de plages) des lieux résidentiels équivalents, ont eu le plus grand mal.

Mais, avec ou sans Covid, cette particularité, cette originalité ne peut pas nous faire oublier, qui que nous soyons (utilisateurs réguliers, résidents, directions ou administrateurs) que nous vivons dans un monde de concurrence sévère. Et nous vivons aussi dans un monde où un offre de loisir doit être sérieuse, généreuse, construite, essayer de viser la perfection même si elle ne l’atteint pas…

Il y a les résidents, les réguliers, les accros, les sporadiques…et les autres. Ceux qui ne viennent que très épisodiquement, une fois, deux fois, et puis s’en retournent faire autre chose le week-end. Ceux pour qui c’est une expérience éphémère, parce qu’ils s’y essayent, ou parce qu’ils sont de passage. Mais une expérience unique n’empêche pas les bavardages, les commentaires auprès des amis, le buzz….

Et toute offre de loisir, quelle qu’elle soit, doit aussi rester attentive aux détails, négatifs ou positifs, qu’ils relèvent de l’usure progressive due au temps ou de la négligence ponctuelle….A côté de défauts isolé et bénins, elle doit aussi veiller à ce que d’autres détails ne puissent, assemblés, constituer une dégradation réelle de la qualité de service.

Alors l’envers du positif, le négatif si l’on ne veut pas tourner autour du pot, sera constitué tant de défauts parfaitement anodins, d’une importance toute relative que nous ne nions pas, que de problèmes qui nous semblent être de nature à réellement affecter la réputation du centre à l’extérieur, ou présenter des risques réels d’accident qui seraient fortement nuisible à la réputation du centre qui n’en a pas besoin.

Ainsi, un(e) primo-arrivant(e), constaterait aussi quelques désagréments non négligeables, pour lesquels l’esprit camping ne saurait constituer mot d’excuse :

Dans les sanitaires…quelques détails

– absence de brosse dans de trop nombreux blocs sanitaires. Détail, certes, oui, tout petit détail. Mais quand d’un côté on est servi par des serveurs masqués, ou que des contraintes de propreté réduisent la plage de disponibilité des locations, il convient d’être cohérent et d’offrir le minimum pour un maintien de l’hygiène de base. Et si c’est en raison du Covid, pourquoi ne pas le mentionner ?

– Mentionnons aussi la non remise en place de siphons avec l’eau qui coule sur les pieds dans le bloc sanitaire à côté de l’espace pétanque…Certes il est sans doute fort peu utilisé par les visiteurs, mais lorsque des opérations simples, que tout le monde fait chez soi sans avoir fait polytechnique ni obtenu un CAP de plomberie, ne sont pas effectuées, la cote du centre en prend un coup et la bienveillance vis-à-vis de questions plus complexes diminue rapidement.

– non renouvellement trop fréquent des blocs de gel nettoyant, alors que leur remplacement devrait être une norme lors des grosses journées. Rappelons qu’ils sont parfois aussi chargés en gel hydro-alcoolique, ce qui n’est pas normal non plus.  Détail, détail, certes, là encore. Mais pas dans le monde actuel.

Dans les sanitaires….des détails qui n’en sont pas

 

– un chauffage de l’espace détente qui est resté actif pendant l’été, alors que les économies d’énergie sont une priorité réelle. Nous comprenons qu’il soit difficile de le régler, mais c’est un problème récurrent depuis des années, est-il impossible de s’en occuper une fois pour toutes?

 

– des douches parfois brûlantes, même en été, présentant un danger pour un enfant, et de toute façon malsaines en terme de santé après un sauna. Est-ce là aussi impossible de trouver une solution, de suivre des recommandations sur des températures optimales? Nous comprenons aussi les questions de disponibilité et de coût des pièces, de facturation de techniciens externes, mais la persistance de ces problèmes, sur la durée, alors même qu’ils constituent une des bases du service offert, constitue un désagrément réel pour l’ensemble des utilisateurs.

 

– suppression des toilettes du restaurant..là aussi, les contraintes de nettoyage sont sans doute réelles, mais doivent-elles primer sur la qualité du service?

 

Autour de la piscine et de l’espace de sable

– des transat bleus qui commencent à être très sales, noircis par les pieds frottant contre le revêtement noir, investis par des crottes d’oiseaux peu respectueux des humains, certes, mais enfin, ils sont chez eux aussi.

 

– des tables du camping, sous le grand chêne, qui commencent à être soumises au même traitement avicole. Utilisateurs réguliers, nous n’y prêtons plus trop attention, mais un primo-arrivant y serait beaucoup plus attentif.

 

– Les frigos du camping ont disparu d’une saison à l’autre…mais le petit panneau reste. Ainsi, notre primo-arrivant aurait le plaisir, très court, de croire qu’ils sont là..mais non. Pourrait on avoir une explication sur leur disparition? Le Covid, peut-être, mais à ce moment là il est souhaitable de l’indiquer, par simple politesse, et de le mettre sur le site. Là encore, quelqu’un sous tente qui apporterait un gros stock de frais en serait pour…ses frais.

– Concernant le chaud, le barbecue à coté des sanitaire s’est définitivement éteint. Sans autre forme de procès. Certes, il ne tournait pas tous les soirs, mais était apprécié de certains.

Une offre d’activités sportives autonomes qui s’est réduite

 

– Sur le plan des loisirs…et pour insister sur un point important, que dire de l’évolution de l’offre de ping-pong? Nous sommes passé de trois tables dont deux avec filet normal installées dans un endroit parfait

à une seule dans un endroit certes plus accessible mais sur un sol de terre.

 

Aussi notre primo-arrivant aura le plaisir de découvrir le ping-pong…avec une grosse souche sous les pieds et des poteaux de barnum pour rajouter du piment, du sable poussiéreux a fini par compléter le tableau, la table plus exactement …Rappelons que les tables précédentes furent supprimées sans la moindre question aux utilisateurs réguliers par quelqu’un qui ne s’est pas distingué ensuite par son honnêteté, et que les explications à cette action fournies par le précédent directeur n’ont jamais été satisfaisantes – et mériteraient un réexamen à la lumière des événements ultérieurs. Un retour à la situation antérieure (celle de 2018) serait souhaitable, et les coûts, sur la durée, faible. Cette affaire est représentative, malheureusement, d’une indifférence forte aux besoins des utilisateurs, via des baisses du service sans guère de justification, ni souci de l’appréciation des clients et utilisateurs.

– La ligne d’eau, promise, relève du triangle des Bermudes…alors qu’elle est plus possible que jamais.

Une offre d’animation collective inexistante et regréttée

– Cette année, l’absence totale d’animation pour les adultes, alors même qu’il en existe pour les enfants, est régulièrement déploré par des visiteurs réguliers. Les soirées pétanque de l’année passée, fort appréciées, ont marqué les esprits. Aquagym, initiation au tir à l’arc, yoga, etc, n’étaient non plus des points de détail de la vie du centre, et le passage du tout au rien affaiblit considérablement la fonction « détente et sociabilité », important après la période que nous venons de passer, alors même que les gestes barrières sont globalement respectés autour de la piscine (pas de bises ou poignées de main).

Une infrastructure coûteuse inutilisée

– une salle d’animation à coté de la salle de sport toujours inutilisée, alors qu’elle est aux normes, et pourrait permettre d’abriter des activités ou des personnes en cas de pluie, une vraie table de ping-pong “in door”, un club de jeu de société, etc etc. Il est, de la part du management du centre, difficile de faire entendre à des gens que l’on ne peut pas faire plus sur des questions simple lorsque l’accès à des locaux disponible est bloqué, et cela pour la deuxième fois (cf le home)…

Une invisibilité de la direction au cœur du centre

A dire vrai, aussi, ne serait-il pas souhaitable d’avoir une présence plus fréquente de la direction auprès de la piscine ? L’auto discipline fonctionne bien, mais il est sain de pouvoir remonter des problèmes d’une manière directe, et que les gestionnaires mesurent comment les clients investissent les lieux…A tout le moins, l’absence totale de représentant du centre autour de l’espace piscine/restaurant/détente, cœur du camping, alors que diverses personnes incarnaient cette présence des années précédentes, finit par être un défaut réel d’organisation, tant vis à vis des utilisateurs réguliers que des occasionnels.

D’une manière plus sérieuse…..beaucoup plus sérieuse :

Sécurité

Deux escaliers qui partent en ruine dans l’indifférence totale de la direction, dont on peut se demander si elle sait qu’ils existent, si elle mesure le danger qu’ils représentent et les risques en terme de réputation en cas d’accident de personne? Ne vaudrait-il pas mieux les condamner que les laisser en l’état, ou alors véritablement les refaire?

Le sol des plages la piscine

– Des dalles de piscine qui partent en vrac, se désagrègent, avec des cailloux désagréables pour les pieds nus..et des risques de chute, aussi. Là encore, nous comprenons les retards, mais le décalage d’un maintenant très hypothétique projet de rénovation doit obliger à une réflexion sur une réfection nécessaire des sols de la piscine. On est là précisément sur des détails importants, qui sont susceptibles de nuire fortement à la réputation en raison de la simplicité (réelle ou imaginaire), des réparations.

Le liner

On vous fait grâce de toute remarque sur le liner, à Cannes on appelle ça un film hors-compétition

Les maîtres-nageurs

 

– Une surveillance de baignade fort sympathique et que nous apprécions tous humainement mais, sauf exception, peu investie dans la gestion des incidents et de l’application du règlement, et qui laisse trop souvent des enfants en autogestion au prétexte de la responsabilité des parents. Là encore, en cas d’accident, quelles conséquences pour la réputation?

L’accueil

 

– un accueil trop souvent froid et rigide, manquant singulièrement de sens commercial pour les clients réguliers ou les résidents et par sens commercial nous n’entendons pas «  traitement de faveur », mais simplement des attentions, de temps en temps, fluidifiant les relations et les contacts.

Les retour clientèle

– Et puis pour terminer…nous ne pouvons que regretter une absence totale d’évaluation de la satisfaction des utilisateurs et de leurs demandes, qu’ils soient résidents, propriétaire du passe à l’année, réguliers ou occasionnels. A la journée, en tente, en bungalow. Il est indispensable – et pas très compliqué, que tout le monde – direction du centre et résidents investis dans la gestion du site, ait une visibilité plus fine sur les attentes des uns et des autres, via des sondages en ligne et des questionnaires remis à l’entrée et retournés à la fin de la journée.

_(Expire le 20 Apr 2021)_

Ce contenu a été publié dans Coups de Gueule. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.