Lectures …

Un livre a ensoleillé un journée maussade ? Faites partager ce rayon de soleil.


Bienvenue à Héliolivres

L’association Héliolivres a été créée au début du mois de juin. Elle a pour objet l’animation de la bibliothèque d’Héliomonde et la gestion du fond documentaire.

La bibliothèque était l’une des plus anciennes activités du CAHM. Avec près de 8000 livres, elle permet à chacun de trouver des lectures variées: romans, essais, policiers, sciences fictions, littératures françaises ou étrangères, documentaires…

Elisabeth, Axelle, Cathy, Christiane seront ravies de vous accueillir et vous faire découvrir ces trésors cachés.

Héliolivres sera ouverte tous les samedis de 18h à 19h.

Des animations seront organisées pendant l’été soit dans la vallée des Incas, soit à l’Auberge d’Hélio, restez à l’écoute.

 

 

_(Expire le 17 Dec 2014)_

Un peu de sport ….

9782012367166FS[1]Stretching, Étirements et assouplissements, Stéphane Rouillard, 2002 (Bibliothèque du Cahm)
Une concurrence directe aux cours de Marianne ou de Malaurie…
Remarquablement précis et justes. Évidemment, il manque le prof, le groupe, et l’heure obligée qui fait qu’on s’y colle et qu’on n’attend pas d’avoir le temps et l’envie.

Un classique …

L’homme du Labrador, Bernard Clavel, 1982 (Bibliothèque du Cahm)
Le choc entre deux univers contrastés, inconnus l’un à l’autre, quand dans un bistrot d’habitués, à Lyon, débarque un inconnu, qui évoque les terres du Labrador et ses projets d’y repartir, avec tant de passion qu’il fait presque des émules, prêts à le suivre ou à l’aider. Nelly, la serveuse, tombe sous son charme et le suivra, si…

lire au soleil

P1020350Lire au soleil : la bibliothèque vient à vous.
Samedi 3 août, de 15 h à 17 h, point bibli entre la piscine et le
restaurant.
Pour découvrir quelques livres de la bibliothèque du CAHM.

voyage à l’ile Maurice

A l’autre bout de moi,Marie-Thérèse Humbert, 1979 (Bibliothèque du CAHM)
Un roman très étrange, très prenant, très dérangeant, qui donne envie de
visiter l’île Maurice, en dépit ou peut-être à cause de ce qu’on apprend
sur ses habitants, ses castes, ses croyances.
Un lieu où la couleur de la peau, plus encore qu’ailleurs, fait que l’on
est « blanc », donc supérieur, avec un rang à tenir, en dépit de tout,
et surtout des inévitables et inavouables métissages. Un lieu où deux
jumelles, dans un passé pas si lointain, dans une famille très
dysfonctionnelle, s’opposent, l’une se pliant à la règle sociale des
« blancs », l’autre se révoltant jusqu’à aller épouser la cause d’un
jeune politicien indien qui prêche l’indépendance. Mais lorsque la
révolte de Nadège s’éteint quand, pour protéger sa sœur, elle décide
d’avorter de son amant et en meurt. C’est alors Anne qui reprend le
flambeau.
Elisabeth B

compte rendu de lecture

P1020283Asmara et les causes perdues, Jean-Christophe Rufin,  Folio Gallimard
2001 (Bibliothèque du CAHM)
Improbable rencontre, sous la forme d’un journal intime, entre un vieil
arménien, ancien marchand d’armes quasi mort d’ennui, dont la famille
est installée depuis deux cents ans à Asmara, en Ethiopie, et le
responsable d’une mission humanitaire venu secourir les populations.
De la remise en question de l’aide humanitaire, qui peut, dans certains
contextes, être, en toute bonne foi, manipulée par le pouvoir en place.
Écriture brillante, recherchée mais fluide.
Documentation solide.
Un roman historique remarquable, qui se lit comme un polar.

Elisabeth B.

Laisser un commentaire