Naturisme …


Le naturisme en 2021… Congrès FFN : En septembre à HELIOMONDE

Prologue

Réunissant plus de 250 délégués issus de toute la France, et de nombreux pays européens, la tenue du congrès FFN les 24, 25 et 26 septembre 2021 à Saint Chéron aura lieu dans notre Centre HELIOMONDE. Son déroulement et et ses retombées médiatiques dépasseront largement le simple cadre naturiste…

Quelques années « avant »…

Naturisme et Environnement

C’était dit, en 2015…

Naturisme : vivre nu, dans le respect des autres et de la nature

Cet article, édité le 12 août 2015, nous suggère de reprendre en chœur et en cœur le développement actuel et à venir d’un « sain » naturisme, argumenté sur des valeurs par lesquelles il nous appartient aujourd’hui de méditer, avec en filigrane « l’idée » de perpétuer dans un absolu plaisir ludique la pratique d’un « sain » naturisme partagé…

En substance :

« Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par la pratique de la nudité en commun qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et de celui de l’environnement. »

Décomplexés et respectueux, les naturistes profitent de leurs vacances loin des clichés et des préjugés.

Par Chloé Poignant de l’agence « Créative CulturElle » – Le 12 août 2015 à 17h44

« La France est la première destination naturiste mondiale avec 6 millions de naturistes européens, dont 2 millions de Français ».

Du point de vue légal, les naturistes se distinguent des exhibitionnistes car ils n’imposent pas leur nudité aux autres. Et c’est bien pour respecter cette règle que les campings et plages naturistes se dérobent aux regards des passants, nichés dans de petits coins de paradis.

Nudiste, naturiste, écolo, quelle différence ?

Selon la Fédération Naturiste Internationale, « le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par la pratique de la nudité en commun qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et de celui de l’environnement. » Il y a donc un peu de préoccupations écolo derrière chaque naturiste. D’ailleurs, pas la moindre poubelle en vue dans les campings, ce sont les clients qui ramènent leurs sacs et vont les jeter directement dans les bennes à ordures. Des clients très respectueux de leur environnement, dont ils veulent préserver la beauté.

Le nudiste, quant à lui, recherche seulement la nudité ou «aime être à poil» comme le dirait Marc Bordigoni, anthropologue chercheur à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC) et auteur de l’ouvrage « Les Naturistes » aux Editions « Le Cavalier bleu ».

Il n’y a pourtant rien de naturel dans l’envie de se mettre à nu. Pour le chercheur, c’est entièrement pour des raisons culturelles que sont nés les mouvements naturistes au 19e siècle. S’il s’agissait alors d’apporter une réponse à des questions d’hygiène et de santé publique (maladies pulmonaires, rachitisme pollution), ils ont ensuite évolué pour trouver un vrai public.

Hygiène et tranquillité, les bases de la vie en communauté…

Depuis la fin du 20e siècle, les motifs de chacun ont évolué et il est désormais davantage question de bien-être et de plaisir. Pour Fabrice, c’était une façon de s’éloigner de l’agitation quotidienne. Entre les embouteillages et les plages bondées, le naturisme permet au trentenaire d’avoir du calme et de la tranquillité. Même son de cloche chez Charlotte et Paul, 40 ans, qui ont tenté cette année leur premier camping naturiste en famille. « On fréquentait des plages naturistes depuis 5 ans, alors on a eu envie d’une véritable expérience familiale. C’est comme un retour aux sources ! » Ils ont d’ailleurs laissé le choix à leurs enfants, pour ne pas forcer leur pudeur.

Un respect d’autrui, mais aussi de soi-même omniprésent dans la mentalité naturiste : tous le confirment, leurs campings accordent une importance toute particulière à la propreté et au calme, par rapport aux campings «textiles». (au Camping Des Saules), à Sussac en Haute-Vienne (87), c’est même le mot d’ordre. Les propriétaires veillent au respect de l’intimité avec des emplacements situés dans de petites clairières, et un nettoyage quotidien des sanitaires… pour le plus grand bonheur de leurs clients. « Il y a une grande retenue chez les naturistes dans le cadre du respect de l’autre. Ils font très attention à la propreté et à la préservation de la nature, pour ne pas laisser de trace de leur passage », confirme Marc Bordigoni. Il ajoute : « Pour les mêmes raisons, les radios et télévisions sont souvent bannies des centres, tandis que les voitures restent à l’entrée ».

Se délester du poids des apparences…

Mais le vrai bénéfice du naturisme, selon beaucoup d’adeptes, c’est d’être en harmonie avec son corps. Ainsi, pour Daan, jeune néerlandais de 19 ans « on apprend à mieux connaître son corps, et à le respecter davantage. » Gabrielle et Hans, propriétaires d’un camping, voient tous les ans cette recherche de l’acceptation de soi chez leurs clients : « Une année, une femme qui avait eu une ablation du sein suite à un cancer, est venue tester le naturisme pour la première fois. Cela lui a permis d’accepter et d’aimer à nouveau son corps tel qu’il était, avec ses imperfections. »

Pour beaucoup, être nu c’est mettre tout le monde sur un pied d’égalité, sans a priori. « On ne juge plus quand on est nu », confie Laurent. Au-delà de soi-même, c’est tout le rapport au corps qui change. Les plus jeunes comme les moins jeunes affirment que la pratique du naturisme les a aidés à s’affranchir des complexes, surtout lors de l’adolescence. De son côté Bob, 12 ans, est déjà convaincu que cela l’aidera à grandir : « Je ne suis pas comme les autres, et ça ne me dérange pas ». Pourtant, lorsqu’on lui demande s’il en parlera avec ses amis, sa réponse est sans équivoque : « Pas du tout ! »…

Mais si la nudité crée une certaine cohésion, elle peut aussi être un facteur d’exclusion. Là où certains campings naturistes tolèrent une forme de pudeur et acceptent sans conditions que les plus timides revêtent une serviette de temps à autre, les plages, moins communautaires, voient parfois d’un œil moins bienveillant les personnes les plus pudiques. Pourtant, au regard de la loi, le naturisme n’y est qu’autorisé et non obligatoire. Là où la nudité permettait d’instaurer une égalité tacite dans un environnement protégé, le vêtement établit un déséquilibre (au contraire de la randonue , qui prône plutôt une cohabitation entre textiles et nudistes). Le souci de la nature et de la communauté
La philosophie naturiste se démarque aussi par sa communauté. Marc Bordigoni rappelle que pour les adeptes, le pratiquer seul n’a pas de sens, l’essentiel est d’abord d’être nu en communauté. Annemie a 21 ans et se rend dans le camping naturiste Lous Suais à Cheissoux (87) depuis sa plus tendre enfance. Pour elle, les propriétaires Ria et Gerrit sont comme une deuxième famille, et elle n’envisage pas de passer ses vacances autrement. Pour Daan, le jeune homme néerlandais, le naturisme aide à se sentir intégré.

Ce sentiment d’appartenance s’accompagne d’une conscience aiguë de la nature environnante et de l’importance de la préserver. « Ici, c’est le paradis, alors on fait en sorte que ça le reste » ajoute Annemie « On trie nos déchets, on économise l’eau et les fumeurs ne jettent pas leurs cigarettes n’importe où ».

Et des fumeurs, il semble y en avoir une faible proportion chez les naturistes les plus fervents. « Un certain nombre de naturistes a de fortes prises de position sur le respect de la nature, qui implique une méfiance vis-à-vis du tabac, un choix de vie alimentaire spécifique comme le végétarisme ou le végétalisme » explique le chercheur de l’IDEMEC, « mais l’écologie naturiste tient plus dans des actes quotidiens que dans des déclarations ». Des gestes simples, donc, qui s’accompagnent de petites mesures (il n’est pas rare de voir des panneaux solaires et des lampes d’extérieures photovoltaïques), discrètes et efficaces. Et Fabrice de conclure « Ce n’est peut-être pas la liberté, mais ça y ressemble beaucoup » !

Des restes de méfiance et de préjugés ? ***

*** Lors de la réalisation de ce reportage, la majorité des personnes interviewées pour l’occasion a souhaité ne pas être photographiée, et certains ont également demandé à utiliser des pseudonymes. Que ce soit pour des raisons professionnelles, ou par méfiance envers les journalistes (certains sites ont refusé notre présence), il semble rester un fond de préjugés sur le sujet. Etrange, lorsque l’on sait que la France est la première destination naturiste !

Pour Marc Bordigoni, rien d’étonnant à cela. Avant les années 80, la nudité n’avait rien de honteux, et certaines revues, comme Vie au Soleil, éditée par la Fédération Française de Naturisme, n’hésitait pas à montrer des familles où adultes comme enfants étaient photographiés nus. « Maintenant, c’est inadmissible à cause du numérique. C’est une manière pour les naturistes de se protéger. Comme ils ne le pratiquent pas par militantisme mais pour leur plaisir personnel, ils n’ont pas toujours envie de devoir faire face aux préjugés. C’est aussi un sujet qui, déformé, peut prêter à rire, comme certains reportages d’été sur le Cap d’Adge qui alimentent les confusions ».

 

_(Expire le 03 Nov 2021)_

Le sain naturisme, pour jeunes et moins jeunes

Les Miracles de la nature… et du « sain » naturisme

Héliomonde, dis-moi donc…

Que perdurent pour l’éternité le naturisme, les chefs d’œuvre de notre si merveilleuse nature, si belles flore et faune qu’il nous incombe en ces lieux privilégiés de défendre et préserver, si riches en bienfaits, régénérant épanouissement physique et mental. Rappelons-nous qu’un sincère passionnant dialogue intergénérationnel naturiste est l’image d’une vie réussie, nourrie de la richesse du cœur et de l’esprit. « L’amitié en lice »… Alors, nous tous, jeunes, moins jeunes, ne parlons plus… agissons ! Retrouvons-nous tous unis en un même désir de pur plaisir, de bien-être et de joie en toutes belles activités en un sain naturisme partagé, en toute amitié, en toute sincérité, à Héliomonde !

Vous y viendrez, jeunes et moins jeunes ?… Alors, nous en sommes intimement persuadés… Vous y reviendrez !

Subséquemment, « les ados »… C’est à vous, « en premiers de cordée » et – « main dans la main naturellement parlant » – à nous tous d’en relever le défi !

Amitiés naturistes

Michel.B

 

_(Expire le 05 Aug 2020)_

Meilleurs vœux à Osélio et à tous ses membres

Je vous souhaite une très belle année 2015 durant la quelle nous pourrons tous profiter au maximum de Notre Eden en profitant au maximum de la sérénité offerte par la nature…

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. » (Jacques Brel)

A bientôt (en mars!)

Gilles

_(Expire le 06 Apr 2015)_

Mycologie et Géographie

Si vous étiez venu bavarder sur les débuts d’Hélio et de la FFN (autre temps, autres moeurs) samedi dernier 5 XII vous auriez dégusté des cantharelli tubiformis provenant de la forêt de Russy, proche de celle de Boulogne. Qu’est-ce ?  Où est-ce ?  Un indice: les cerfs et les sangliers n’y parlent pas la langue de St Cyrille mais bien le « françois ». Trois oeufs- coque à celui ou celle qui m’apportera les 2 réponses. Et le plaisir de se retrouver autour de plats partagés au 621, mardi 30 XII, à 19h30 après le sauna.

Et qu’ai-je trouvé en cette veille de 1° jour de gelée blanche en traversant le camping :12 espèces différentes de champignons (sans compter les espèces sur bois) dont 2 bons comestibles : un beau cep orangé et une russula vesca, celle-ci était trop vieille pr prendre la direction de ma poêle.

Bon we à tous ceux qui bossaient quand je me baladais.

 

 

_(Expire le 12 Jun 2015)_

Nudisme et naturisme

D’une première définition…

  Il apparaît toujours nécessaire de faire le distingo entre ces 2 termes. 

  En effet, leur signifié ne semble pas toujours employé à bon escient par celles et ceux qui évoquent la nudité, que ce soit dans les conversations courantes ou au travers de l’expression écrite.

  Ces quelques lignes ont pour objet de tenter de différencier ces deux termes. 

  L’évocation de la nudité est porteuse, dans la plupart des cas, d’une certaine charge émotionnelle, dans la mesure où le tabou social est extrêmement fort vis à vis du corps nu.

  Nudisme et naturisme paraissent donc opposés à la norme sociale.

  De nos jours, ces mots évoquent immédiatement, chez la plupart de nos contemporains, des images liées au sexe, à la sexualité. Beaucoup de médias, d’ailleurs, aux approches de l’été, proposent des « reportages » qui tendent à montrer que naturisme et liberté sexuelle sont… intimement liés ! 

  La distinction souvent proposée par les naturistes s’appuie sur le comportement : il y aurait le « vrai naturiste », et le mauvais naturiste, qualifié de nudiste. Ce dernier serait caractérisé par sa seule volonté d’exhibitionnisme, par un comportement vulgaire (narcissique, voyeur…).

  Cette définition est fondée sur le bon sens et l’observation de certaines personnes au sein des équipements naturistes.

  Mais cette définition est malgré tout un peu « courte », car elle revient à admettre, ipso facto, que toute personne nue qui n’est pas voyeuse, qui a des attitudes sociales « normales », qui sait entretenir des relations citoyennes avec les autres, est un naturiste.

  Or les conduites décrites ci-dessus, ne traduisent, finalement, que la normalité pour tout individu simplement « civilisé ». L’on peut donc très bien être « nu » et avoir des comportements « normaux », sans pour autant être naturiste.

 

… à une définition plus complète

  Car le naturisme ne consiste pas seulement à se comporter de façon citoyenne dans une situation de nudité. Bien,évidement que cela constitue la base minimum de toute vie en société.

  Le  « naturiste » est celui qui peut distancier sa perception du corps et en particulier du corps des autres, en dépassant le tabou social qui porte sur le corps : le regard sur soi et sur soi en relation avec autrui, n’est plus un « geste » référent au tabou (par défi, transgression, provocation…). C’est la reconnaissance du corps nu comme la normalité.

  En ce sens le naturisme est une reconstruction de la perception de l’autre, qui passe par une déconstruction de ce pan de culture qui « gère » notre vécu de la norme sociale. Sans doute peut-on prendre pour hypothèse que la honte du corps conduit certaines personnes à jouir de la transgression.

 Le naturiste vit la nudité différemment.

 Etre nu répond, certes, à une recherche de bien-être.

 Mais le naturisme va au-delà de cette seule satisfaction personnelle. Il s’agit d’envisager le « vivre ensemble » de façon différente de ce que nous propose le système social dominant.

  A ce titre le naturisme est, de fait, une façon d’exercer une critique sociale. Les personnes qui ne se retrouvent pas dans cette approche et qui se satisfont de vivre nu un moment de l’année en achetant un séjour dans un équipement sont des « nudistes ». Si l’on veut conserver ce terme pour ne désigner que les comportements déviants, nous appellerons ces consommateurs « nudiens ». 

  Car le naturiste n’est pas seulement un consommateur de loisirs nu. C’est également quelqu’un qui porte un projet. Rappelons simplement d’ailleurs ce que la Fédération Française de Naturisme précise qu’ : « à la différence du nudisme, le naturisme double le fait d’être nu par un projet de société »[1]. Ce projet peut ce décrire au travers des quelques points suivants (mais cette « liste » n’a rien d’exhaustif) :

  Se respecter et respecter les autres, savoir exercer sa liberté au milieu d’autrui, accepter la différence, développer la solidarité, contribuer à l’insertion raisonnée des organisations humaines dans la nature…

 

En forme de conclusion

  Si les naturistes doivent combattre les comportements déviants des « nudistes », il parait nécessaire d’admettre que les « nudiens » (les « simples » consommateurs de naturisme) ne sont pas nos adversaires. Ce sont simplement des personnes qui ne se sont pas encore appropriés toute la dimension du naturisme. A nous, naturistes, d’informer, d’expliquer, de diffuser le sens de notre engagement, de décrire l’intérêt de notre système de valeurs. A ce titre, nous pourrions ajouter à notre définition que le naturisme est également une pédagogie.

 

Pierre Thillet

5 septembre 2013

 


[1] Sur ce thème, voir notre série d’articles « Poursuivre le débat avec Jacqueline »

Enquête sur les espaces naturistes

M4950Qu’attendons nous de notre « Espace de loisirs naturistes »? plus de convivialité? plus de nature? plus de loisirs? plus de calme? plus d’animations? plus de confort?

Toutes ces questions nous nous les posons à Osélio et à Héliomonde. Ce sont aussi des questions que l’on se pose au niveau national dans bon nombre de centres de vacances naturistes. Pour preuve, l’enquête proposée par la revue Naturiste Magazine n°25 de Aout-Septembre.

Cette enquête vous pouvez aussi la retrouver sur le site de ce magazine (onglet sondage) et éventuellement y répondre.

_(Expire le 20 Nov 2013)_

Article sur CHM Montalivet

Voici l’article du magazine Télérama du 3 Août que Marie nous recommande de lire.
Il est en effet très instructif et je n’ai pas pu m’empêcher de le mettre en ligne.

TeleramaP1

_(Expire le 05 Nov 2013)_