Les Coups…

Vous trouverez ici tous les Coups possibles    …. de mains, de coeur, de gueule !

  • Un coup de mains: l’entraide est une valeur portée par le Naturisme. Besoin d’un outil, d’un savoir faire, d’un conseil… vous obtiendrez une réponse, ce site peut vous mettre en relation.
  • Un coup de cœur: un film, un livre, une photo, un spectacle… vous souhaitez partager ce que vous avez aimé.
  • Un coup de gueule: quelque chose vous exaspère… vous pouvez aussi le dire.

Aimer boire et chanter

Qu’on se le dise… aux alentours du 21 juin 2021, tout ce mois durant… Musique(s) en tête !

En perspective, au coin d’une rue, « hymne à l’amour », en cœur avec « La Môme », puis, chemin faisant « petite fleur », en hommage à Sidney Bechet, « les paradis perdus », Christophe, Christine and the the Queens, notre Charles Aznavour national « tu t’laisses aller », Elvis Presley, Frank Sinatra « my way »… Sur la place, quelque peu à l’écart, une jeune pianiste, sur un piano électrique joue Bach « le clavier bien tempéré », premier livre… Quelques encâblures en aval, un ensemble hétéroclite illustre l’événement, « l’opéra de quat’ sous », Kurt Weill… C’est l’effervescence, pour le seul plaisir, en toute décontraction…

La Musique, un simple mot qui résume tout un monde, tous les styles, tous les genres, toutes les passions, toutes les sensibilités… La musique est « universelle ». « On ne vend pas la musique. On la partage – Leonard Bernstein

En deux mots du Maître : Trop de morceaux de musique finissent trop longtemps après la fin… encore, « Le seul véritable commentaire d’un morceau de musique est un autre morceau de musique » – Igor Stravinsky

Dans « Musique », il y a indissociablement « la voix humaine »… « Chanter, c’est toujours un acte joyeux » – Jacques Higelin.

Le poète, l’Ami Georges chantait, plein de tendresse … « Les sabots d’Hélène »… Le cœur d’Hélène ne savait pas chanter… Dans le cœur de la pauvre Hélène qui n’avait jamais chanté… moi j’ai trouvé l’amour d’une reine et moi je l’ai gardé !… En définitive, ‘Amou’… Toujou’ !… – Lisette Malidor

« Ô chanter » !… « Ce que je préfère, c’est chanter simplement. (Plutôt que d’essayer de chanter)… Quand on chante quelque chose qui est vrai, on ne le chante pas. On le voit vraiment et on le vit » ! – Annie Cordy

Enfin, « S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu » !… – Emil Michel Cioran – Philosophe

Aimer, boire et chanter…

A la bonne vôtre !… avec modération…

Nous disions « Fête de la musique » ?

« Faites de la musique » !…

Epilogue vidéo – Johann Strauss – Katia Mourot, soprano colorature – OHT Martial Hugon

« Les Voix du Printemps » – Frühlingsstimmen – nous annoncent vaillamment l’avènement d’un été « radieux » !…

Amitiés naturistes

Michel.B

_(Expire le 13 Dec 2021)_

COVID ? on en rit

Une nouvelle sérieuse (sic) : le point de vue de l’Agence européenne du médicament sur l’efficacité des vaccins face à l’arrivée des nouveaux variants
 
– Savez-vous que le variant Travolta donne toujours de la fièvre, mais seulement le samedi soir
– Alors que le variant Suisse reste neutre, quel que soit le test PCR, antigénique ou sérologique
– Pour le Bordelais, pas de souci on a les Médoc
– Le variant Normand est difficile à prévoir : « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non »
– Cependant que le variant Belge serait redoutable, ça finit généralement par une mise en bière
– Ne craignez plus le variant Chinois, il est cantonné
– Par contre, le variant SNCF arrivera plus tard que prévu
– Contrairement aux apparences, le variant du Bénin serait grave voire dangereux
– En ce qui concerne le variant Italien, vous en prenez pour Milan
– De son côté, le variant Ecossais se tient à carreau
– Apparemment avec le variant Japonais, il y a du sushi à se faire
– On parle de l’émergence d’un variant Colombien, mais il semblerait que ce soit de la « poudre » aux yeux
– Vivement l’arrivée du variant Jamaïcain, ça va détendre l’atmosphère mondiale
– S’agissant du variant Moscovite, c’est un méchant ViRusse.
– Pour sa part, le variant Corse s’attrape au bouleau et il est transmis par l’écorce
– Le premier symptôme du variant Breton, c’est quand on commence à entendre le loup, le renard et la belette chanter
 
– Le variant Français du Covid existe déjà, mais il est en grève ! Cocorico !
 
Marie

_(Expire le 10 Dec 2021)_

Cette « musicale année du masque » » 2021 !

La « musique »… tout un symbole…

Bientôt, nous consacrerons l’avènement d’un 21 juin ouvert vers l’espoir, en une réjouissante « éclaircie » annoncée vers des jours meilleurs…

La devenue « rituelle « Fête de la Musique »», quels qu’en puissent en être les tenants et aboutissants, se réclame à l’envi d’un profond désir partagé de louer les mérites, de glorifier la prise de conscience collective des vertus de l’art musical, activités aux multiples facettes exacerbées en cette journée « culte » essentiellement dédiée au bien-être, « au  plaisir des sens »…

Tel que le disait si bien le grand chef et compositeur Léonard Bernstein, « toute musique est bonne, pourvu qu’elle soit authentique »…

Alors, nous est-il à terme loisible de quelque peu revenir en images, en rythmes et en couleurs à quelques précédentes joyeuses journées festives vécues en cette manifestation dédiée depuis 1982 à la musique par Jack Lang, alors ministre de la culture, « heures exquises », libération sonore, ivresse, vertige délibérément décrétés sans hiérarchie de genre ni d’origine dans la bonne humeur, en toute liberté par le biais de quelques réalisations mélodieuses truculentes auréolées de plaisir, de décontraction, à toutes fins avouées en toute subjectivité dans le but ludique de sanctuariser en toute simplicité une stimulante « communion des esprits »… Pour l’anecdote, il pourrait dès à présent s’évérer judicieusement bienvenu de quelque peu en amont – en tout épicurisme – « ad libitum » de commencer pour d’aucuns à éveiller leur curiosité…

Contre vents, marées et masques, en définitive les musiques imperturbables persistent à rester vivantes, consciemment ou non en notre for intérieur…

Tous styles, toutes expressions musicales ont droit de cité en ces quelques moments dédiés à de multiples échanges en parfaite osmose, dans la joie et la désinvolture, en altruiste connexité avec « toutes les musiques »…

Il se dit à La Royale de Toulon : « On fait « ça » qu’on peut » avec « ça » qu’on a !…

Sous tous ses aspects, la musicothérapie existe… « Je l’ai rencontrée » !…

Découvrons-là, omniprésente, « en chœur et en cœur » en notre for intérieur…

« La vie sans musique et tout simplement une erreur, une fatigue, un exil » – Friedrich Nietzsche…

Amitiés naturistes,

Michel.B.

Ad libitum – [Epilogue]En live, vidéos« Léonard Bernstein – Dimitri Kabalevski »

https://youtu.be/ixd4fmV1eiI

 

_(Expire le 25 Nov 2021)_

la « Vie » au cœur de nos bois et forêts…

Que se passe-t-il donc dans la petite caponnière de ce joli tronc d’arbre ?

C’est la « petite famille réunie », la naissance de jolis petits bébés écureuils cajolés par leurs parents, nichés aux creux des arbres dans leur petit nid douillet, superbe témoignage vivant d’une nature bouillonnante fertile qu’il nous sied de respecter, d’admirer et de protéger !… Belle image « vivante » en vraie grandeur… superbe illustration de  la beauté de la faune de nos forêts…

Vive la nature… la vie en chœur et en cœur avec le bocage… en toute liberté, en totale immersion, en tout vérisme…

Amitiés naturistes

Michel.B

_(Expire le 09 Nov 2021)_

Joyeux 1er Mai…

Ces quelques jolies clochettes blanches pour un message de bonheur!

A très bientôt,

Amitiés,

Marjorie.

_(Expire le 01 Nov 2021)_

Y’a d’la Joie…

Y’a d’la joie, d’la joie, rien que d’la joie !…

La joie, que l’on soit en confinement, en reconfinement, en re-re confinement, demeure les fondements mêmes de notre optimisme… inébranlable, me direz-vous !

Sauvegardons sans modération notre capacité de sourire, rire, de nous épancher sur ce qui nous permet de préserver bec et ongles notre joie de vivre, « Covid or not Covid » !… Ordre issu du Ciel : « Covid, tu ne tueras point, et tu ne vaincras jamais notre enthousiasme dans notre détermination à vivre » !…

La balle au bond… vous êtes… ah… bernique… c’est « ballot »… vous n’êtes pas filmé ? Souriez tout de même !…

Alors, dans mon opiniâtreté chronique à toujours et vouloir encore – pardonnez-moi – faire de sombres allusions à la musique, je me plais à démontrer ingénument que, en ce domaine si riche en enseignements et en émotions, un humour latent ne sait, ne doit – ne peut à terme – que réconforter les cœurs ivres d’une plénitude à retrouver lourdement mise à mal en ces temps perturbés…

Alors, si vous me le permettez, sourions, rions en toute simplicité tous en chœur et en cœur, en cette avenante bienvenue dérision aux objets, plaisanterie candide à souhait, pleine de subtilités, pour égayer quelque peu une humaine tristesse globale planante que nul ni personne ne se doit de laiser  envahir…

En l’occurrence, une machine à écrire modèle 1960 se mute,  certes maîtrisée de main de maître par un artiste remarquable en précision et articulation rythmique, doté en prime d’un plaisant humour, en ces quelques instants en tout un symbole se révèle instantanément apte à nous permettre de méditer, nous évader d’une réalité certes quelque peu pesante !… Tacatacatacatac…

Le Rire est comme la Nature, comme le sain naturisme : Un Don du Ciel !!!

En épilogue…

« la vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil » – Friedrich Nietzsche…

https://youtu.be/G4nX0Xrn-wo

_(Expire le 18 Oct 2021)_

C’était au temps…

C’était… Ce sera !…

« Patience et longueur de temps font plus que force ni de rage » !… – Jean de La Fontaine

C’était au temps… du cinéma muet ?

Dixit « Grand Jacques »… C’était plutôt « du Temps ou Bruxelles brusselait » ! Pour mémoire,  en cette époque bénie, cette petite vidéo « live », c’était « avant », c’était « Seul dans la Ville », tous réunis, sans masques – clin d’oeil furtif à Gabriel Fauré  « Masques et Bergamasques » – sans gestes barrières ni distanciation dite « sociale », en cette amicale fraternisation « active » qu’il nous tarde de bien vite retrouver avec tous nos amis en séances de travail, tout autant – pur bonheur – qu’ici bas sans délai en nos « naturels havres de paix privilégiés », d’un commun élan « en chœur et en cœur » !

Leonard Bernstein… « Leny »… « On the Town »

_(Expire le 14 Oct 2021)_

Chamarande, une destination à ne pas manquer…

Nous nous sommes rendus dimanche dernier à plusieurs au domaine de Chamarande, sous le soleil.

Pour la première fois nous avons trouvé les parkings pleins et un flot incessant de visiteurs entraient sur le site.

Meme effeuillés les arbres sont majestueux. La présence de l’eau – le lac et la Juine – attire une faune bien sympathique.Nous faisons le tour du domaine en deux heures. Pas d exposition au sein du chateau, mais une collection très étonnante de masques.

Rappelons que ce domaine est propriété du département et son accès est gratuit.

Marie

_(Expire le 04 Nov 2021)_

Réflexions post 2ème confinement.

Revenue au chaud après quelques jours à Héliomonde je me suis penchée sur les articles du site et souhaite féliciter leurs auteures et auteurs. Bravo Marie pour le compte rendu de l’assemblée générale complet .Je rajoute simplement des demandes de distributeurs de sacs pour les chiens ,que les machines à laver soient entretenues et en état de fonctionnement.Il serait souhaitable de connaître qui vote les budgets et qui fait le choix des achats. Il y a en stock des vélos électriques de route supers conforts  qui ne servent pas ,pourrions nous éventuellement en demander le rachat???Ou en sommes nous des bracelets ? L’achat d’un filet pour le tennis est en bonne voie. ET LA GRANDE QUESTION EST QUAND POURRONS NOUS DIALOGUER? 

J’ai juste envie de partager 2 auteurs que j’ai découvert Joumana Haddad qui a écrit »Supermann est arabe » écrivaine libanaise engagées pour les libertés qui dénonce le système patriarcal dans le monde arabe.C’est un cadeau à moins de 10 euros. Puis Chappatte qui a fait une BD sur la covid qui s’appelle « Au coeur de la vague. »

Je vous souhaite de bonnes fêtes à toutes  et à tous. Eliane M.

_(Expire le 13 Jun 2021)_

« Petite Fille »

Mardi soir dernier, j’ai été éblouie en regardant, sur Arte, et à voir en replay, un reportage de Sébastien Lifshitz intitulé « Petite fille », dans lequel il brosse le tableau d’une fillette de 7 ans , née dans un corps de garçon et qui se veut fille.


Tout y est juste et bouleversant : le témoignage de cette enfant, le combat de ses parents vis à vis de l’école entre autres, le soutien de la psychiatre consultée pour savoir » s’ils ont raison » d’aider Sasha à être fille. Un sujet délicat, remarquablement traité, celui de la dysphorie de genre, qui nous invite à mieux comprendre la notion de genre.

On doit à ce même réalisateur plusieurs documentaires sur des thèmes sensibles comme « les invisibles » en 2012, témoignages de couples homosexuels âgés ,  » Adolescentes » en 2019, portraits de deux jeunes rencontrées à 13 puis 18 ans, qui retracent leur parcours dans la France des cinq dernières années, ou encore « Bambi », en 2013, cette vedette de music-hall transsexuelle qui a exercé 25 ans dans l’éducation nationale.

Sébastien Lifshitz,un réalisateur hors normes.

Marie

_(Expire le 07 Oct 2021)_

En ces temps perturbés…

En ces temps difficiles et incertains, les sentiments élevés restent et resteront ad vitam æternam protégés de toutes formes de pandémie, fussent-elles liées à cet(te) immonde Covid-19…

Un petit « remake » de ce sublime témoignage d’amour me paraît à priori bienvenu, pour nous rappeler que, quelques soient les aléas, les difficultés, les vicissitudes de la vie, l’amour reste invincible !…

Amitiés naturistes,

Michel.B

 

Daniel Guichard – Mon Vieux

_(Expire le 25 Oct 2021)_

remis à l’entrée et retournés à la fin de la journée. Y à la direction

Merci Xavier pour ce rappel…
Ainsi donc la lettre d’Yves

 

Bilan d’une année particulière d’une centre qui l’est aussi..

Dans la peau d’un primo-arrivant

Que trouverait, aujourd’hui, une personne découvrant pour la première fois le centre… ?

Un base générale solide, une belle piscine dans son dimensionnement, son positionnement, un domaine forestier de qualité, bien entretenu.

L’isolement nécessaire au calme de l’ensemble sans non plus être à 4 kilomètres à pied d’une gare, ce qui permet à de nombreuses personnes sans véhicule individuel de venir.

L’absence de toute voie routière bruyante à proximité, absence dont nous ne mesurons pas assez le bénéfice qu’elle apporte à l’endroit.

Le calme d’un espace camping que ne troublent que quelques avions, petits et gros, que nous tolérons sans peine, et d’autant mieux que les très mauvaises séquences musicales de l’année passée autour du restaurant et de la piscine n’ont plus cours.

Des parcelles de résidents vivantes, ouvertes mais pudiques, et une bonne humeur, un vrai plaisir lorsque l’on circule dans les allées du centre. Un soin général dans la tenue de l’ensemble, aussi, sans qu’il ne relève de l’assemblage de chalets suisses, ce qui, dans le monde d’aujourd’hui, est préférable pour une clientèle qui vient échapper aux standardisations de la ville moderne. Cette clientèle pourra bénéficier d’un espace de repos dans l’ensemble bien dimensionné par rapport à ses fréquentations d’été et d’hiver. Elle serait sans doute charmée d’un esprit général proche de celui des début, sans chapelles ni dérives.

Notre primo-arrivant pourrait aussi tabler sur un accueil robuste mais sincère au restaurant, de prix et d’une carte adaptés à la clientèle. Il saurait profiter, aussi, de la variété de l’offre locative, même si des tarifs « individuels » pour l’hébergement, et de manière générale des tarifs « jeunes » permettraient peut-être de faire venir plus de monde….Mentionnons aussi que des locations « à la saison » de bungalows permettraient aussi de favoriser le chemin vers l’acquisition réfléchie d’un chalet, et que l’absence d’une telle offre est dommageable au repeuplement du centre, qui sera un jour ou l’autre indispensable, vieillissement de sa population de résidents oblige.

Il faut aussi mentionner les alentours, à nouveau autorisés après deux mois d’interdiction, toujours aussi merveilleux, mais dont malheureusement seuls quelques résidents profitent vraiment. Les randonnées organisées par le centre sont une rareté, la valorisation des circuits environnants inexistante, et c’est un grand dommage.

Le positif est là, durable, inscrit dans les lieux et leur histoire, porté par des résidents investis au long cours et des utilisateurs réguliers actifs, renforcé par tous ceux de passage qui, les jours de grande affluence au cœur des mois d’été, savent créer une atmosphère récréative, ou par ceux qui, en plein hiver, maintiennent la flamme de la pratique des lieux internes (sauna, chalets), comme de la nature environnante par de multiples promenades. Ceux qui, suite à des déménagements, ont essayé de trouver ailleurs en France (hors zones de plages) des lieux résidentiels équivalents, ont eu le plus grand mal.

Mais, avec ou sans Covid, cette particularité, cette originalité ne peut pas nous faire oublier, qui que nous soyons (utilisateurs réguliers, résidents, directions ou administrateurs) que nous vivons dans un monde de concurrence sévère. Et nous vivons aussi dans un monde où un offre de loisir doit être sérieuse, généreuse, construite, essayer de viser la perfection même si elle ne l’atteint pas…

Il y a les résidents, les réguliers, les accros, les sporadiques…et les autres. Ceux qui ne viennent que très épisodiquement, une fois, deux fois, et puis s’en retournent faire autre chose le week-end. Ceux pour qui c’est une expérience éphémère, parce qu’ils s’y essayent, ou parce qu’ils sont de passage. Mais une expérience unique n’empêche pas les bavardages, les commentaires auprès des amis, le buzz….

Et toute offre de loisir, quelle qu’elle soit, doit aussi rester attentive aux détails, négatifs ou positifs, qu’ils relèvent de l’usure progressive due au temps ou de la négligence ponctuelle….A côté de défauts isolé et bénins, elle doit aussi veiller à ce que d’autres détails ne puissent, assemblés, constituer une dégradation réelle de la qualité de service.

Alors l’envers du positif, le négatif si l’on ne veut pas tourner autour du pot, sera constitué tant de défauts parfaitement anodins, d’une importance toute relative que nous ne nions pas, que de problèmes qui nous semblent être de nature à réellement affecter la réputation du centre à l’extérieur, ou présenter des risques réels d’accident qui seraient fortement nuisible à la réputation du centre qui n’en a pas besoin.

Ainsi, un(e) primo-arrivant(e), constaterait aussi quelques désagréments non négligeables, pour lesquels l’esprit camping ne saurait constituer mot d’excuse :

Dans les sanitaires…quelques détails

– absence de brosse dans de trop nombreux blocs sanitaires. Détail, certes, oui, tout petit détail. Mais quand d’un côté on est servi par des serveurs masqués, ou que des contraintes de propreté réduisent la plage de disponibilité des locations, il convient d’être cohérent et d’offrir le minimum pour un maintien de l’hygiène de base. Et si c’est en raison du Covid, pourquoi ne pas le mentionner ?

– Mentionnons aussi la non remise en place de siphons avec l’eau qui coule sur les pieds dans le bloc sanitaire à côté de l’espace pétanque…Certes il est sans doute fort peu utilisé par les visiteurs, mais lorsque des opérations simples, que tout le monde fait chez soi sans avoir fait polytechnique ni obtenu un CAP de plomberie, ne sont pas effectuées, la cote du centre en prend un coup et la bienveillance vis-à-vis de questions plus complexes diminue rapidement.

– non renouvellement trop fréquent des blocs de gel nettoyant, alors que leur remplacement devrait être une norme lors des grosses journées. Rappelons qu’ils sont parfois aussi chargés en gel hydro-alcoolique, ce qui n’est pas normal non plus.  Détail, détail, certes, là encore. Mais pas dans le monde actuel.

Dans les sanitaires….des détails qui n’en sont pas

 

– un chauffage de l’espace détente qui est resté actif pendant l’été, alors que les économies d’énergie sont une priorité réelle. Nous comprenons qu’il soit difficile de le régler, mais c’est un problème récurrent depuis des années, est-il impossible de s’en occuper une fois pour toutes?

 

– des douches parfois brûlantes, même en été, présentant un danger pour un enfant, et de toute façon malsaines en terme de santé après un sauna. Est-ce là aussi impossible de trouver une solution, de suivre des recommandations sur des températures optimales? Nous comprenons aussi les questions de disponibilité et de coût des pièces, de facturation de techniciens externes, mais la persistance de ces problèmes, sur la durée, alors même qu’ils constituent une des bases du service offert, constitue un désagrément réel pour l’ensemble des utilisateurs.

 

– suppression des toilettes du restaurant..là aussi, les contraintes de nettoyage sont sans doute réelles, mais doivent-elles primer sur la qualité du service?

 

Autour de la piscine et de l’espace de sable

– des transat bleus qui commencent à être très sales, noircis par les pieds frottant contre le revêtement noir, investis par des crottes d’oiseaux peu respectueux des humains, certes, mais enfin, ils sont chez eux aussi.

 

– des tables du camping, sous le grand chêne, qui commencent à être soumises au même traitement avicole. Utilisateurs réguliers, nous n’y prêtons plus trop attention, mais un primo-arrivant y serait beaucoup plus attentif.

 

– Les frigos du camping ont disparu d’une saison à l’autre…mais le petit panneau reste. Ainsi, notre primo-arrivant aurait le plaisir, très court, de croire qu’ils sont là..mais non. Pourrait on avoir une explication sur leur disparition? Le Covid, peut-être, mais à ce moment là il est souhaitable de l’indiquer, par simple politesse, et de le mettre sur le site. Là encore, quelqu’un sous tente qui apporterait un gros stock de frais en serait pour…ses frais.

– Concernant le chaud, le barbecue à coté des sanitaire s’est définitivement éteint. Sans autre forme de procès. Certes, il ne tournait pas tous les soirs, mais était apprécié de certains.

Une offre d’activités sportives autonomes qui s’est réduite

 

– Sur le plan des loisirs…et pour insister sur un point important, que dire de l’évolution de l’offre de ping-pong? Nous sommes passé de trois tables dont deux avec filet normal installées dans un endroit parfait

à une seule dans un endroit certes plus accessible mais sur un sol de terre.

 

Aussi notre primo-arrivant aura le plaisir de découvrir le ping-pong…avec une grosse souche sous les pieds et des poteaux de barnum pour rajouter du piment, du sable poussiéreux a fini par compléter le tableau, la table plus exactement …Rappelons que les tables précédentes furent supprimées sans la moindre question aux utilisateurs réguliers par quelqu’un qui ne s’est pas distingué ensuite par son honnêteté, et que les explications à cette action fournies par le précédent directeur n’ont jamais été satisfaisantes – et mériteraient un réexamen à la lumière des événements ultérieurs. Un retour à la situation antérieure (celle de 2018) serait souhaitable, et les coûts, sur la durée, faible. Cette affaire est représentative, malheureusement, d’une indifférence forte aux besoins des utilisateurs, via des baisses du service sans guère de justification, ni souci de l’appréciation des clients et utilisateurs.

– La ligne d’eau, promise, relève du triangle des Bermudes…alors qu’elle est plus possible que jamais.

Une offre d’animation collective inexistante et regréttée

– Cette année, l’absence totale d’animation pour les adultes, alors même qu’il en existe pour les enfants, est régulièrement déploré par des visiteurs réguliers. Les soirées pétanque de l’année passée, fort appréciées, ont marqué les esprits. Aquagym, initiation au tir à l’arc, yoga, etc, n’étaient non plus des points de détail de la vie du centre, et le passage du tout au rien affaiblit considérablement la fonction « détente et sociabilité », important après la période que nous venons de passer, alors même que les gestes barrières sont globalement respectés autour de la piscine (pas de bises ou poignées de main).

Une infrastructure coûteuse inutilisée

– une salle d’animation à coté de la salle de sport toujours inutilisée, alors qu’elle est aux normes, et pourrait permettre d’abriter des activités ou des personnes en cas de pluie, une vraie table de ping-pong « in door », un club de jeu de société, etc etc. Il est, de la part du management du centre, difficile de faire entendre à des gens que l’on ne peut pas faire plus sur des questions simple lorsque l’accès à des locaux disponible est bloqué, et cela pour la deuxième fois (cf le home)…

Une invisibilité de la direction au cœur du centre

A dire vrai, aussi, ne serait-il pas souhaitable d’avoir une présence plus fréquente de la direction auprès de la piscine ? L’auto discipline fonctionne bien, mais il est sain de pouvoir remonter des problèmes d’une manière directe, et que les gestionnaires mesurent comment les clients investissent les lieux…A tout le moins, l’absence totale de représentant du centre autour de l’espace piscine/restaurant/détente, cœur du camping, alors que diverses personnes incarnaient cette présence des années précédentes, finit par être un défaut réel d’organisation, tant vis à vis des utilisateurs réguliers que des occasionnels.

D’une manière plus sérieuse…..beaucoup plus sérieuse :

Sécurité

Deux escaliers qui partent en ruine dans l’indifférence totale de la direction, dont on peut se demander si elle sait qu’ils existent, si elle mesure le danger qu’ils représentent et les risques en terme de réputation en cas d’accident de personne? Ne vaudrait-il pas mieux les condamner que les laisser en l’état, ou alors véritablement les refaire?

Le sol des plages la piscine

– Des dalles de piscine qui partent en vrac, se désagrègent, avec des cailloux désagréables pour les pieds nus..et des risques de chute, aussi. Là encore, nous comprenons les retards, mais le décalage d’un maintenant très hypothétique projet de rénovation doit obliger à une réflexion sur une réfection nécessaire des sols de la piscine. On est là précisément sur des détails importants, qui sont susceptibles de nuire fortement à la réputation en raison de la simplicité (réelle ou imaginaire), des réparations.

Le liner

On vous fait grâce de toute remarque sur le liner, à Cannes on appelle ça un film hors-compétition

Les maîtres-nageurs

 

– Une surveillance de baignade fort sympathique et que nous apprécions tous humainement mais, sauf exception, peu investie dans la gestion des incidents et de l’application du règlement, et qui laisse trop souvent des enfants en autogestion au prétexte de la responsabilité des parents. Là encore, en cas d’accident, quelles conséquences pour la réputation?

L’accueil

 

– un accueil trop souvent froid et rigide, manquant singulièrement de sens commercial pour les clients réguliers ou les résidents et par sens commercial nous n’entendons pas «  traitement de faveur », mais simplement des attentions, de temps en temps, fluidifiant les relations et les contacts.

Les retour clientèle

– Et puis pour terminer…nous ne pouvons que regretter une absence totale d’évaluation de la satisfaction des utilisateurs et de leurs demandes, qu’ils soient résidents, propriétaire du passe à l’année, réguliers ou occasionnels. A la journée, en tente, en bungalow. Il est indispensable – et pas très compliqué, que tout le monde – direction du centre et résidents investis dans la gestion du site, ait une visibilité plus fine sur les attentes des uns et des autres, via des sondages en ligne et des questionnaires remis à l’entrée et retournés à la fin de la journée.

_(Expire le 20 Oct 2021)_

Félicitations

Je ne sais si c’est le confinement ou ma tête ou le désespoir ou doute de son existence qui ont fait que j’oublie Osélio . Je m’excuse platement auprès de son bureau.

Aujourd’hui  j’ai passé 2 heures sur le site et félicite les auteurs des articles variés ,des vidéos magnifiques,des photos ainsi que des renseignements précieux. Une vraie mine explosive et plaisante.Il me semble qu’Héliomonde  avec le changement de direction prend un autre envol qui nous y intègre.J’avais suivi de ma montagne ce passage puis ce virus est venu pourrir l’application.

J’espère pouvoir alimenter le site de quelques coups de coeur  lorsque je me réveillerais de ce cauchemar car j’avoue avoir besoin de me remettre la tête à l’endroit, de bouger ,de câliner et de faire la fête avec des amis.

Voilà ce n’est pas très intéressant mais je tenais à le dire.

_(Expire le 03 Nov 2020)_

Buse… t’abuses…

Alsace: Mais pourquoi des buses s’en prennent-elles à des joggeurs ces temps-ci ? 

T’abuses, ma Buse ? Tu nous dis : « Je protège mes petits, moi ! »

La Nature a ses principes, viscéraux, innés, inaltérables. Les buses sont des rapaces qui appartiennent à la famille des Accipitridés. On peut les trouver sur toute la surface du globe, excepté l’Australie et l’Antarctique. Il existe entre 28 et 35 espèces de buses. La buse la plus répandue dans nos régions est la « Buse variable ».

« La buse variable (Buteo buteo), est l’espèce la plus commune en Europe. Sa tête est ronde et sa queue assez courte. Son plumage est généralement brun foncé avec des taches blanches sur son ventre. Mais la buse variable peut être de différentes autres couleurs. Cette espèce de buse est reconnaissable par son bec courbé. Le jour, on peut l’apercevoir perchée en hauteur, où elle passe de longs moments, ou en plein vol planant au-dessus des champs. La buse variable est l’espèce qui a la vue la plus perçante de tous les oiseaux de proie. Elle possède aussi un cri particulier qui ressemble à un miaulement très aigu, que l’on peut entendre de loin et que la buse pousse plus particulièrement en vol ».

NATURE – ANIMAUX – OISEAUX DE PROIE

Depuis quelques semaines, plusieurs attaques de buses ont été rapportées en Alsace sur des coureurs à pied. Comment expliquer ce phénomène ? Et les joggeurs sont-ils particulièrement ciblés ? Réponse…

Bruno Poussard – Publié le 31/05/18 à 19h35 — Mis à jour le 31/05/18 à 19h35

Un « Buse variable », espèce très répandue dans toute la France et particulièrement en Alsace, en plein vol. – Christels / Pixabay / Creative Commons.

  • Depuis début mai, plusieurs attaques de buses sur des coureurs à pied ont été rapportées en Alsace, comme ailleurs en France. En pleine période de nidification, le rapace le plus répandu du pays peut ainsi attaquer pour défendre ses petits après éclosion.
  • Mais pourquoi s’en prend-elle surtout aux joggeurs, plus qu’aux marcheurs ou aux cyclistes ? Et comment se défendre ? Réponses :

Alexandre, la trentaine, l’a vécu sur les hauteurs de Molsheim (Bas-Rhin) où il travaille depuis deux ans. Lors d’un footing un midi, casque de musique sur la tête. « J’ai d’abord senti quelque chose dans mes cheveux, raconte-t-il. Alors j’ai passé ma main, puis je me suis retourné, et j’ai vu la bête derrière moi ! » Avec un gros coup de flippe en prime.

En pleine période de nidification avant l’été

Mais ce n’est pas la dernière fois qu’une buse s’en est prise à lui. Au même endroit, ou presque. Le garçon prolonge : « Tous les ans, à la même époque, quand tu cours dans le vignoble à certains endroits, une buse peut t’attaquer. » Entre Molsheim et Avolsheim, Alexandre a changé de parcours pour éviter ce spot désormais identifié.

A la période de nidification, les buses peuvent parfois se montrer agressives à l’encontre de joggeurs. Revenu avec le cuir chevelu en sang, son collègue Pascal, marathonien, a pourtant subi pareille aventure en début de semaine. « C’est la troisième année que je connais ça, précise-t-il. Mais là, je n’y ai pas trop fait attention car je pensais la période de nidification finie. Ce sont des animaux protégés, il faut juste être patient et modifier son itinéraire. »

La buse veut protéger ses petits après éclosion

C’est là l’explication du phénomène, pas nouveau : après construction de son nid, la buse variable peut attaquer pour défendre sa progéniture près de son repaire. « Lorsque ses petits ne peuvent pas encore voler, après l’éclosion », précise Alexandre Gonçalves, chargé de mission à la « Ligue de la protection des oiseaux » (LPO) en Alsace.

https://www.dna.fr/edition-de-obernai-barr-rosheim/2018/05/23/nouvelle-attaque-de-buse-a-obernai …

Si sa nidification dure globalement d’avril à août, la vigilance de la buse est plus intense de mai à juillet. (des dates qui varient suivant son milieu naturel et la météo) Et ce jusqu’à 500 mètres de son nid. Des coureurs surtout, qu’elle voit donc visiblement plus comme un danger que les marcheurs ou les cyclistes. Sans explication connue.

De 10 à 20 attaques « anecdotiques » par an en France. – En moyenne, 10 à 20 attaques sont recensées chaque année dans toute la France, sans jamais entraîner de grave blessure. Pour la LPO, (qui dénombre et suit toutefois leur évolution) ces événements restent donc « anecdotiques ». « Il suffit de comparer avec les centaines de milliers de morsures de chien par an », justifie Alexandre Gonçalves.

Lorsqu’elle s’attaque à un joggeur en pleine période de nidification, la buse variable a de quoi impressionner en arrivant par derrière avec ses pattes. D’une envergure de plus d’un mètre, la buse variable a cependant de quoi impressionner les joggeurs qu’elle veut chasser, malgré un nid à une dizaine de mètres de haut dans les arbres. Mais des solutions existent. Le spécialiste de la LPO préconise simplement de « se mettre à marcher » ou de « secouer une branche au-dessus de sa tête ». Dans des communes où des couples de buses sont connus, des panneaux ont même été installés près de leurs nids, souvent à proximité de prairies. Mais pas d’inquiétude chers coureurs, ce rapace le plus répandu de France ne veut pas vous manger. A l’affût, la buse préfère chasser des campagnols, des souris ou encore des taupes.

Buses bien élevées… Mais attention quand même !

Amitiés naturistes,

Michel.B

« Fête… « Faîtes » de la Musique ! Hier, aujourd’hui, demain…

(suite…)

Le langage le plus profond de l’homme…

La musique est le langage le plus profond de l’homme…           

Bientôt sera célébré le vingt septième anniversaire de la disparition – le 14 octobre 1990 à New York – de Léonard Bernstein, compositeur de notre temps. (West Side Story, Candide, On the Waterfront, Songfest, Sur les quais, Un jour à New York, On the Town – oeuvres empreintes d’un certain jazz symphonique à l’instar dans l’esprit de George Gerswin – allant jusqu’au blues-gospel, (Mass) mais aussi quelque peu différemment trois Symphonies et de nombreuses créations…) Eminent chef d’orchestre américain, profondément mahlérien, il est aussi pianiste virtuose, remarquable pédagogue auprès des enfants qui découvrent grâce à lui la musique dite « classique » de manière ludique. Il introduit dès 1961 les concerts Young Performers, où de jeunes solistes sélectionnés sur audition ont la chance de pouvoir se produire avec orchestre, sous la direction de « Lenny » lui-même, ou de chefs assistants. Il donne des cours magistraux de direction avec des orchestres de jeunes… Très éclectique, il présente en avril 1967  « Inside Pop – The Rock Revolution« , documentaire hardi sur les genres pop-rock produits par la CBS. Le 25 décembre 1989, il dirige au Konzerthaus de Berlin-Est la neuvième symphonie de Beethoven, réunissant des musiciens, choristes et solistes du monde entier, pour fêter la chute du mur de Berlin… Léonard Bernstein maîtrise avec un égal bonheur en une énergie fulgurante plus de trois siècles de musique, de Jean Sebastien Bach à Ludwig Van Beethoven, de Robert Schumann à Gustav Mahler. Il se passionne pour les auteurs de son temps, ciblant singulièrement Maurice Ravel, Dimitri Chostakovitch et Igor Stravinski, encore Charles Ives, Aaron Copland. (Appalachian Spring, Fanfare for the Common Man…) Il s’essaye même un temps au dodécaphonisme, en référence à Arnold Schönberg… Il est pendant onze années nommé chef permanent de l’Orchestre Philharmonique de New York de 1958 à 1969, dirige les plus prestigieux orchestres, dont l’Orchestre National de France. Ses oeuvres sont couramment interprétées dans le monde entier. Il nous laisse un imposant catalogue de partitions, d’enregistrements audio, des écrits et de très remarquables vidéos. Ainsi, demeure-t-il d’une certaine manière très cérébralement présent dans le monde musical, étincelant à jamais dans le monde artistique à travers ses oeuvres, ses compositions bien vivantes, porté en exergue par les vertus techniques du monde de l’audiovisuel…

« Il est des sentiments si intraduisibles qu’il faut la musique pour les suggérer. » (André Esparcieux)

Les êtres vivants passent et trépassent. Les matériaux, les oeuvres, les sculptures, les trésors architecturaux résistent aux siècles. L’art perdure sous toutes ses formes, qu’il soit musical, pictural, littéraire ou tout autre ; la science, les annales, les sentiments élevés demeurent ! Alors, quid de l’amour ? « Et la tendresse bordel ! Entre phallocratie, romantisme et fraternel souvenir ! » Alors oui… Je me souviens… – Dixit Romain Didier –  Je me souviens d’une chanson ancienne qu’une femme chantait d’une voix si ténue. Les paroles disaient que, « lorsque les gens s’aiment, bien après qu’ils soient morts, leur amour continue… Bien après qu’ils soient morts, leur amour dure encore »… Nos chers disparus restent vivants à jamais en nos coeurs, n’est-il pas ?

Amitiés naturistes

Michel.B

*** NB – Si vous le voulez bien , en fin de lecture de la présente vidéo de « Lonely Town », apparition dans la page de divers liens de l’OHT affichés vers On The Town : « The Great Lover », et « Time Square », associés  à d’autres bienvenus rappels ad libitum… Liberté, liberté chérie… C’est vous qui voyez…

_(Expire le 20 Mar 2018)_

Editorial de septembre 2016

Cet article est paru en septembre 2016, sur la page d’accueil. Étant toujours d’actualité  je le republie afin qu’il reste sur le site…

client_satisfait

« La satisfaction du client est au centre de la stratégie des entreprises performantes! »

Et oui, lorsqu’une entreprise souhaite se développer, elle cherche à connaitre les besoins, voire les exigences de ses clients. Une entreprise qui ne s’adapte pas aux besoins et aux exigences de ses clients est vouée à plus ou moins long terme à la disparition.

Comment connaitre les besoins de ses clients? Comment améliorer sa satisfaction pour le fidéliser. Pour la plupart des entreprises soucieuses de ses relations avec sa clientèle, la réponse est « écouter le client », « lui demander son avis », « le rencontrer »

Force est de constater qu’ Héliomonde, ou du moins son directeur, ne souhaite pas miser sur la satisfaction de ses clients, en particulier de ses clients les plus fidèles (les plus rentables) que sont les résidents.

votre_client

Ecouter les résidents, leur demander leur avis, les rencontrer ne fait pas partie des préoccupations de la direction du centre.

La stratégie est toute autre: imposer au client un fonctionnement que la direction aura choisi, transmettre aux résidents des informations sans lui donner l’occasion de répondre, lui interdire de se rendre compte qu’il n’est pas seul à avoir les mêmes interrogations ou les mêmes exigences… considérer que le client qui ose proposer d’autres solutions est un fauteur de trouble…

La direction nous rétorquera qu’il y a de l’écoute par le biais de Facebook ou de ce que chacun peut dire à l’accueil.

Nous nous permettons de mettre en doute l’aspect représentatif de ce type de consultation.

discussionforum

OSELIO souhaite que la direction propose avant la fin de la saison une réunion des résidents afin de leur exposer les perspectives du centre et de recueillir leurs avis, leurs besoins, leurs remarques…

et montre ainsi qu’ Héliomonde est effectivement une entreprise qui recherche la satisfaction de ses clients.

Marjorie.

Un nouveau continent ??

289Et Dieu créa une plage , un nouveau continent est né.

_(Expire le 19 May 2017)_

Vive le Soleil à FUERTEVENTRA

Bon Retour du Soleil et des belles plages naturistes

Jolie plage

Jolie plage

un beau coin de Paradis

un beau coin de Paradis

_(Expire le 05 Aug 2017)_

Belle Année

Bonjour,

avec un peu de retard mais Janvier n’est pas fini….

Une Belle & Heureuse Année 2017

019

Santé, Joie & Bonheur

Xavier

_(Expire le 22 Jul 2017)_

Je cherche, tu cherches, il cherche…

Qui n’a, un jour ou l’autre, cherché fébrilement ses clefs de voiture, celles de sa maison, ses papiers d’identité, son sac à mains, son portefeuille avec ses papiers d’identité et sa précieuse Carte Bleue ?

Prenant l’autre jour mon petit déjeuner, ce n’est pas l’Ami Ricoré qui est venu égayer ma lumineuse matinée ! C’est la découverte en ligne d’un discret objet qui ne pèse que quelques grammes. Sous la forme d’un petit porte-clefs, il a pour nom « TrackR bravo ».

trackr-bravo   Chercher a son charme, certes. Pour ma part, j’atteins vite mes limites !

Cet astucieux porte-clés s’associe et se connecte directement à votre smart-phone, iPhone ou autre, ceci en Bluetooth. Il est compatible avec Android ou IOS et est disponible sous différentes couleurs, gravure, accessoires. Si je n’ai aucune action ni intéressement quelconques dans la diffusion de ce remarquable produit, l’installation gratuite de l’application « TrackR » sur mon iPhone, le coût relativement modéré du porte-clefs (entre 30 et 35 €, livraison comprise) ainsi que mes premiers tests tendent à terme à me conforter dans l’intérêt d’en posséder une, voire plusieurs unités, qu’il suffira de nommer puis de choisir dans l’application. (voiture, sac, portefeuille, et même chat incontournablement muni d’un collier anti-étranglement…)

Lors de la recherche, la fonction GPS indique l’emplacement du porte-clefs. Il est alors possible de suivre la direction à prendre pour rejoindre le dispositif. La fonction haut-parleur permet en outre d’émettre un petit signal sonore pour aider à la localisation exacte.

J’ai pensé que ce produit pouvait éveiller l’intérêt de tout un chacun, sachant qu’il reste maintenant à en évaluer en priorité la fiabilité et la distance utile, encore d’en connaître l’influence de l’environnement sur sa détection. (Arbres, murs, structures métalliques…) Je précise qu’il existe d’autres systèmes de localisation sur le marché, certains – nettement plus onéreux – munis de fonctions d’appel, notamment pour un chien ou un chat.

(REX) Tout retour d’expérience relatif à ce type d’application sera le bienvenu.

Enfin, c’est à priori non polluant…

Amitiés naturistes,

Michel.B

_(Expire le 25 May 2017)_

voeux, galette et naturisme

convivialite

Des invitations aux vœux et à la galette, j’en reçois de toutes sortes :
les vœux du maire, de l’association des locataires, de Médecin du Monde, de mon club de gym, de mes amis et amies, de ma banque, des commerçants auxquels je suis fidèle, de l’institution où je travaillais, du parti politique auquel je n adhère pas, même de mon chat qui aimerait avoir sa part…
Par courrier, par courriel, SMS ou plus directement par voie téléphonique.
Sans compter les nombreux SPAMS qui me souhaitent bonheur et prospérité…

Une galette partagée ? Une invitation aux échanges, à la convivialité, aux plaisirs du palais, une façon de dire que, malgré nos différences, « je » vous reconnais et vous estime.

Une chose est sûre : j’ exerce ma liberté et fais mes choix : j ‘y vais ? Je n’y vais pas ? Je réponds ? Je fais la sourde oreille ? Je mets à la poubelle ?
Une autre chose est sûre : je n’en veux à aucun, je suis même plutôt contente de tant d’attentions, et quand je donne suite, j’ai souvent de beaux échanges et fais de belles rencontres…

Alors quand j entends dire que certains résidents nous reprochent l’envoi d’ une invitation à partager notre galette, je regrette que les valeurs du naturisme ne soient pas notre tronc commun .

Marie

_(Expire le 21 Jul 2016)_

une exposition …qui fait sourire

halsman

connaissez vous Philippe Halsman ?
Ses photos – format géant – sont à voir dans plusieurs stations de métro parisien – Hôtel de Ville, La Chapelle, Saint Michel etc, mais surtout au Musée du Jeu de Paume.
Ses portraits de Woody Allen, Grace Kelly ou Jean Cocteau sont étonnants, drôles et plein d’énergie comme le sont ses photos de « jump » : des amis artistes – Fernandel, Marilyn Monroe, Dean Martin…- ou des célébrités – le Duc de Winsor, B.B – acceptent de sauter en l’air tandis qu’il les fixe sur sa pellicule et le résultat est vraiment surprenant.
Ami de Dali pendant plus de trente ans, il joue de multiple fois avec ce personnage et sa moustache!
Et si vous avez aimé Hitchcock et son film  » les oiseaux », ne vous privez pas d’y retrouver ses acteurs – Tippi Hedren, bien sûr, mais aussi les corbeaux, vrais ou faux.

Une exposition réjouissante dont le sous titre est :
 » Etonnez moi! »
jusqu’au 24 janvier

Marie

_(Expire le 27 Mar 2016)_

Initiative « H & M » de recyclage

fringuesBONJOUR  je suppose que vous connaissez les boutiques H et M…
Alors, si vous apportez 3 vêtements usagés ou que vous ne portez plus, les vendeuses vous donnent un bon d’achat de 5€ . Pour 6 vêtements, 10€ mais on ne peut excéder 10€/jour.  Voilà pour d’éventuels intéressés… sinon RV aux puces d’Héliomonde.

 

Vous avez remarqué que j’ai dit BONJOUR.

_(Expire le 20 Jul 2015)_

Le partage.

Le Partage.

Le partage…  Joli mot au demeurant…

Le beau temps arrive… Il est temps me semble-t-il d’aborder, si vous le voulez bien, enfin des sujets quelque peu agréables… On peut en effet, on doit « savoir » partager, n’est-ce pas ? Mais, partager quoi ? Assurément, entre autres la peine, bien certainement, mais aussi les plaisirs, et les belles expériences…

Oui, sachons surtout partager l’amitié, et le bonheur journalier bien évidemment. Pourquoi ne pas aussi évoquer les moments forts de la vie, les instants privilégiés qui nous font vibrer, vivre intensément ici, et ailleurs ?

Dans notre belle assemblée, je suppute dans mon idéologie décalée, dans mon ingénu rêve exacerbé, qu’il existe  – peut-être encore – en notre résidence, ici bas à Héliomonde, hors de toutes turbulences dévastatrices, des mélomanes, des esprits ouverts, des oreilles et des sensibilités réceptives,  voire tout simplement des curieux, en d’autres termes des gens  – bien sous tous rapports ceci-dit précisé – sensibles aux diverses activités artistiques qui fleurissent encore dans notre beau pays de France, fleuron mondial des Grands écrivains tels Honoré de Balzac, Victor Hugo, Eugène Sue, des peintres tels Bernard Buffet, Gustave Courbet, Honoré Daumier… Pour la musique Claude Debussy, Maurice Ravel,  Gabriel Fauré, Hector Berlioz et bien d’autres.  La liste serait très longue. Il est impossible de tous les citer !

Alors, bien modestement, dans mon intimiste souhait de partager des moments inoubliables, je propose à qui le souhaiterait d’offrir en toute amitié un DVD HD de l’un de mes derniers concerts, le 28 mars 2015 dernier, à tout un chacun curieux de voir « C’que c’est » ! (Mendelssohn, Grieg, Saint-Saëns, Haydn Wood, Andrew Lloyd Webber…)

C’que c’est ? Ce n’est pas la Musique de le Garde Républicaine, ni l’Orchestre de Paris ! Ni le Philharmonique de Berlin… (!) Loin s’en faut.

Mais… C’est cependant bien autrement, différemment tout aussi beau… Simplement parce qu’on y trouve là abnégation, désintéressement pécuniaire, fidélité, travail personnel, humilité, engagement, honneur, respect de soi et des autres, et… capacité à accomplir une tâche parfois bien ardue ! 

Encore et surtout… amitié partagée. Quels beaux auspices !

Igor Stravinsky disait : « Il est bien d’entendre la musique. Encore faut-il aussi la voir ! »

Je reste à votre écoute si jamais vous souhaitiez l’entendre, et la voir !

Amitiés naturistes.

Michel B

_(Expire le 05 Jul 2015)_

Une si belle histoire…

C’est une fable, une tres belle histoire
Les animaux d’une ferme, face aux mauvais traitements que leur font subir les hommes – négligences, faim et coups de bâton – décident de se révolter. Ils mettent les hommes hors de la ferme et organisent une nouvelle société ; ils espèrent ainsi mener une vie autonome dans l’égalité, l’entraide et la paix pour tous. Ils travaillent dur mais les résultats ne se font pas attendre : récoltes précoces et abondantes, plus de mauvais traitement, plus de faim.
Les cochons, désignés comme les plus intelligents, dirigent ce peuple d’animaux. Ils érigent 7 commandements que tous doivent respecter; le premier dit :  » aucun animal ne portera de vêtement ».

Les années ont passé, la ferme s’est enriche mais seuls les dirigeants en profitent…Ils trafiquent en cachette avec les hommes, se font berner par eux…Corruption et délation sont de mise…
La pluie a effacé les commandements, dont seuls les anciens se souviennent, et encore… Seul subsiste : « tous les animaux sont égaux, mais certains animaux plus que d’autres ». Les dirigeants élèvent 9 chiens qu’ils dressent contre les autres animaux.

La suite?
Je vous invite à lire « la ferme des animaux » de G Orwell, paru en 1945, conte pour tous qui dénonçait, le stalinisme.
Mais moi, j y vois autre chose…

Bonne lecture
Marie

_(Expire le 19 Sep 2015)_

Les bons plans vacances ou weekend

Après ce début d’année si éprouvant, je pense que le meilleur moyen de reprendre le moral est de nous lancer dans des projets et des rêves de moments de bonheur. Je souhaiterais profiter de notre site pour vous proposer de bien vouloir partager vos bons plans, vos bonnes adresses pour des weekends ou des vacances naturistes.

Nous avons commencé à faire un petit peu le tour des centres France 4? Ne sont-ils pas trop grands, trop « usines à touristes » impersonnelles?  Quelles sont vos avis sur ces centres? Etant plutôt montagne que mer, nous avons repéré les centres jumeaux de la Sablière et de la Genèse. Avez-vous une expérience de ces sites? Le quel préférez-vous? Je vous remercie d’avance pour vos conseils et vos avis.
De notre côté, étant en état manque aigu de sauna pour les raisons que vous savez, nous avons trouvé des thermes en Belgique, à Roulers/Roeselare, tout près de Lille. L’endroit fait rêver avec ses 7 saunas, son hammam, sa piscine intérieure et extérieure, plus une autre froide à la sortie des saunas extérieurs… Quelqu’un d’entre vous connait-il? Pour vous faire une idée je vous invite à visiter leur site http://www.thermenr.be/fr/thermes.html. Bien sûr dans cet établissement « l’usage du maillot de bain est interdit par mesure d’hygiène »! (A quand de telles mesures dans des établissements français???) Nous y allons le weekend du 31 janvier pour une surdose de 3 jours de sauna afin de tenir jusqu’à début mars. Je ne manquerai pas de vous faire part de nos impressions!

Merci d’avance pour vos réponses
A bientôt!

_(Expire le 18 Jul 2015)_

D.L.U.O

Je vais vous parler d’un temps que les moins de dix ans de résidence n’ont pas connu.
En ce temps là notre Président du Conseil d’administration, dans un article paru dans le journal « L’Humanité » du 17 août 2006, nous disait « pour vivre heureux vivons tout nus », nous parlait d’un brassage des couches sociales et de handicap physique.(L’Humanité)
Mais tout cela n’est plus d’actualité.
Après plus de trente ans passé à Hélio, j’arrive à l’age limite de résider dans ce centre naturiste selon les nouveaux critères de la direction, le centre n’ayant pas pour but d’être un mouroir ( pour info, la moyenne d’age du conseil d’administration est d’environ 65 ans)
Je me vois donc dans l’obligation de vendre mon chalet tout confort :cuisine équipée, salle d’eau, possibilité de 6 couchages,etc…
Les conditions pour l’acheteur sont : avoir une vraie envie de venir, être jeune et riche, en bonne santé, j’ajouterai un PLUS : ne pas boire, être végétarien.
Mais aussi accepter une augmentation annuelle de 15% non justifiée – sauf à vouloir la disparition de la clientèle – et un avenir incertain du centre ( tout s’achète, tout se vend )
Comme il est écrit dans la dernière revue France 4, vous pourrez vous promener sur les sentiers de forêt – seulement si vous avez des bottes car il sont boueux et défoncés -, mais vous ne verrez pas de lapins car ils ont été éradiqués un 31 décembre 2011 sur décision de la direction.
Pour des raisons économiques, le centre pourra être fermé l’hiver donc pas de SPA, économies réalisées environ 900€, soit environ 4€ par parcelle louée à l’année et la perte de recette des journaliers.
J’avais envie de crier ma déception, voilà c’est fait.

_(Expire le 26 Jun 2015)_

un roman passionnant

l ile

Aimez vous l’Ecosse ? ses landes, son vent, son macher, son whisky, ses îles balayées par le vent ?
Aimez vous les romans policiers dont l’intrigue rebondit sans cesse ?
Aimez vous une écriture concise, imagée ?
Aimez vous les retours en arrière de l’histoire, les personnages hauts en couleur dans un village qui a gardé traditions et rancunes ?
Aimez vous prendre un roman et ne pas le lâcher, impatient de savoir qui est l’auteur du meurtre , qui est le père de F., comment le commissaire Fin va retrouver ses amours et amitiés de jeunesse?

Alors lisez  » l’île des chasseurs d’oiseaux » de Peter May, aux éditions Babel noir, premier roman d’une trilogie.

On en reparlera…
bonne lecture
marie

_(Expire le 12 Apr 2015)_

Escalier

Les escaliers en bois, c’est joli, mais en ces temps humides, les marches ont tendance en se transformer en savonnette.

Le grand escalier d’Héliomonde ne fait pas exception et il a fait au moins une « victime » ces derniers temps.

Il existe un remède simple au problème de la savonnette,
le grillage grillage a poules
Solution souvent mise en œuvre dans les parcours aménagés en forêt aux Antilles.

film « winter sleep »

téléchargement (1)

Je ne suis pas fan de 3 h 15 de cinéma mais là je suis restée scotchée. Je vous parle de Winter sleep palme d’or de Cannes. C’est une belle leçon de relations humaines, un acteur superbe, des paysages époustouflants, un chef d’oeuvre!!! Si quelqu’un l’a vu, qu’il me dise ce qu’il en a pensé.
Eliane.

_(Expire le 08 Feb 2015)_

Les petits bonheurs!

« Le bonheur est une petite chose que l’on grignote assis par terre au soleil » Jean Giraudoux.
En ce beau début de mois de mai, quoi de plus réjouissant que cette petite citation?
Comment ne pas s’émerveiller de voir la nature renaitre sous le soleil!
Le brin de muguet découvre timidement ses clochettes.
Le rayon de soleil joue avec les premières feuilles des châtaigniers.
Le piaillement des oisillons nouveaux nés jaillit d’un buisson.
L’enfant cueille délicatement une pâquerette et l’offre amoureusement à
sa maman.
Le bonheur est ainsi, simple, fait de petits moments, de petits instants que l’on goutte, que l’on apprécie seul ou accompagné de ses amis, de sa famille.
Grignotons ces petits moments de bonheur.
Profitons de ces merveilleux moments que nous donnent la nature.
Inutile d’être riche et puissant, le bonheur est là, il suffit de savoir le retrouver.

_(Expire le 04 Aug 2014)_

Ah, le regard d’une chêvre !

images

 

« Les chêvres de ma mère » film -documentaire de  Sophie Audier , actuellement sur nos écrans cinéma

 

Sur un plateau isolé et caillouteux des gorges du Verdon, Maguy fabrique des fromages de chêvres depuis 40 ans. Elle parraine une jeune femme, Anne Sophie, qui souhaite s’intaller et reprendre son troupeau.

Douloureux renoncement pour Maguy, douloureux apprentissage pour Anne Sophie…

Très beau film bucolique, au plus près de la nature, qui questionne notre rapports aux animaux, à la mise à la retraite, l’interêt des jeunes pour le pastoralisme, le sens de notre vie.

A voir, sans hésitation, et vite.images

_(Expire le 23 Jul 2014)_

Les Jours Heureux

jours

N’est ce pas un beau titre?
Une belle promesse d’avenir?

C’est le nom que le Comité National de la Résistance avait donné à son programme en 1944;  c’est le nom que Gilles Perret a donné à son film sortant ces jours ci et relatant l’histoire du CNR et de ses réformes.

Rappelons quelques unes des réformes mises en œuvre entre 1945 et 1947 : instauration de la sécurité sociale, de la retraite pour tous, de l’assurance chômage, nationalisation de grandes banques, de l’énergie, liberté de la presse …

Des moments extrêmement touchants dans ce film,  des témoignages d’anciens, des propos de jeunes aux Glières qui « y croient encore », et puis les visages de S. Hessel ou de R. Aubrac récemment disparus.

Une belle leçon d’histoire !

_(Expire le 07 Jul 2014)_

Bois de chauffage non conforme…

Nous voici aux portes de l’hiver, même si aujourd’hui, certains travaillent à leur chalet en tee shirt – 20° à l’ombre!

Un petit feu de joie dans le poêle à bois, c’est du luxe mais aussi du bonheur !

Oui mais voilà, on se dit, à la sortie des frimas, qu’on a le  temps de faire provision de bon bois, bien sec, à la bonne dimension. Las ! En Octobre, difficile à trouver !

Trois d’entre nous ont eu la mauvaise surprise de se voir livrer du bois humide – rappelons qu’une buche bien sèche ne doit pas présenter plus de 20% d’humidité -, du bois taillé en cube, en dessous de plat, voire en buchettes! 3 stères livrés pour le prix de 4, livraison  » à la louche ».

Que dire?  Ce fournisseur de bois indélicat n ‘est pas une bonne adresse… L’ accueil d’Héliomonde a accepté de ne plus distribuer son flyer, ayant reçu de son côté plusieurs « plaintes ».

Un bon conseil, commandez votre bois dès la sortie de l’hiver pour l’année suivante !

_(Expire le 29 May 2014)_

Nautena et nous

Non, nous n’avons pas ¨¨grillé¨ Nauténa le 21 septembre

un petit rappel : en Juillet, Osélio rencontre Christian, restaurateur de l’auberge d’hélio, pour lui demander d’assurer ¨le pot de l’amitié¨et le diner suite à notre journée d’ouvertute du site OSENATURISME du 21 septembre. Christian nous donne son accord et convient avec nous des modalités pratiques.

Nous apprenons, vers le 10 septembre, par un adhérent d’Osélio, adhérent par ailleurs de l’ANP, association des naturistes de Paris, que cette association fête le même jour, à Héliomonde, ses 50 ans et prévoit de diner à l’auberge d’hélio ! Nous téléphonons en urgence à l’un des organisateurs de Nauténa pour comprendre leur organisation et nous apprenons qu’ils ont bien joint Christian pour le diner il y a des mois mais n ont pas donné suite aux propositions du restaurateur. Nous les invitons alors à se joindre à notre pot de l’amitié, invitation qu’ils déclineront par la suite.

Osélio n a pas failli ! Nous regrettons cet incident dans lequel notre responsabilité n’est en rien engagée.

_(Expire le 29 Dec 2013)_

Ah Maurice, Alain et Marie!

maurice-ronet-2-sizedSouvenez vous! un millardaire en croisière, une crapule payée pour le ramener à la maison, une amante prête à trahir, un meurtre qui n’en fut pas un…Tout cela par un trio aux yeux de feu, de braise et même d’or a-t-on dit pour Marie … C’était en 1960, Plein soleil, de René Clément avec Maurice Ronet, Alain Delon et Marie Laforêt!

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai un faible pour Maurice Ronet, acteur discret mais d’une sensualité qui m’a fait souvent chavirer. Je me souviens de son rôle dans La piscine, de Jacques Deray, aux cotés de Romy, plus belle que jamais! et d’Alain Delon, encore!

Ne ratez pas l’occasion de revoir Plein soleil, ce dimanche 22 septembre sur Arte à 2Oh45

et bonne soirée!

_(Expire le 03 Oct 2013)_

Le Gîte des Chênes

curtil 2013 031Coup de cœur !

SI le GPS refuse d’indiquer le numéro de la rue des acacias (c’est pourtant au numéro 7), c’est certainement pour ne pas déranger. Car nul secret n’entoure cette adresse. Mais, lieu insoupçonnable, à deux pas de la Saône, en pleine campagne (à Saint Christophe en Bresse),  le quidam pressé peut passer devant sans y prendre garde.

Le Gîte des Chêne n’est pas une adresse secrète. Il se contente d’être discret.

Dès l’ouverture du portail de bois, nous sommes accueillis par les sourires de Dominique et Lucien. Chaleureux. Cette chaleur, d’ailleurs accompagnera tout le séjour du visiteur.

Naturistes. Dominique et Lucien, propriétaires et animateurs des lieux sont naturistes. Ils vous accueillent nus, ils vivent comme leurs hôtes. A la différence de beaucoup de centres où l’on a l’impression que les responsables n’ont rien à voir avec la prestation qu’ils « vendent ».

Ils seront toujours là pour vous accompagner, vous guider sur ce terrain de 9 hectares de bois, de jachères fleuries, où les poissons naviguent dans le petit étang – on peut même les  y pêcher -.

Naturistes aussi parce que le gîte qu’ils ont imaginé et bâti de leurs main, répond au projet naturiste : trouver autant que faire se peut l’harmonie avec la nature. Ainsi, Lucien n’aura de cesse de vous présenter son potager et de vous donner les recettes des plantes qui guérissent. Il vous emmènera même sur le lieu des sources qui sourdent sous le terrain et qu’il sait localiser…

Cette structure modeste est cependant bien équipée : piscine d’eau salée, couverte s’il pleut, gîte et quelques chambres d’hôtes (Dominique et Lucien « font » aussi table d’hôtes si nécessaire), sauna (très intime : pour 2 personnes), 5 caravanes ouvertes à la location, nombreux emplacements pour tentes et campings cars… Sans oublier un home, grand et bien aménagé (appareil de sports, possibilité de réunion pour les associations, etc.).

Chez Lucien et Dominique, les « clients » de cet équipement deviennent rapidement des amis. Fraternité et solidarité sont des termes qui rendent bien compte de cet état d’esprit.

Un lieu où l’on a d’autant plus envie de passer bien des jours, que Lucien peut livrer pain et croissants chauds, à la demande, tous les matins.

N’oublions pas non plus les possibilités de balades et d’excursions dans cette partie un peu sauvage de la Saône, comme ses petits restaurants avec spécialités de grenouilles au bord de la rivière.

Une adresse à ne pas manquer : un véritable lieu naturiste, pour des moments privilégiés.

 

_(Expire le 06 Dec 2013)_

à lire : Mille femmes blanches

80657611_oUn gros coup de coeur pour ce livre de Jim Fergus qui relate l’histoire d’une femme blanche parmi d’autres qui ont été troquées par le gouvernement américain pour des chevaux aux Cheyennes. Les femmes volontaires sont choisies dans les asiles, les pénitenciers etc….Très instructif!!!

Eliane

_(Expire le 25 Nov 2013)_

Piqures d’insectes

untitledNous ne sommes pas les seuls à apprécier la nature et le plein air. Avec le beau temps et surtout le soleil, certains insectes sont en vadrouille et il nous arrive parfois de les déranger. Ils ont alors des réactions imprévues, ou prévisibles, ils se défendent et nous piquent ou nous mordent.

Samedi, une abeille vaquait à ses occupations et elle a eu l’idée de me frôler d’un peu trop près sans que je l’ai vue m’approcher. Sentant ce frôlement, mais sans m’être assurée de ce qui le provoquait, je chassais la « chose » avec la main. Prise sans doute de panique, sa réaction a été immédiate, elle sortit son dard et se défendit contre cette agression, m’infligeant une douleur qui me rappellera qu’il faut toujours réfléchir aux conséquences avant d’agir inconsidérément. Et dire que la veille je m’émerveillais de les voir, elle et ses copines, butiner les fleurs pour reconstituer leur stock de miel. Nous sommes reparties toutes les deux de notre coté, bien marries de notre mutuelle incompréhension et de ses conséquences.

Faut-il prendre ce petit évènement pour une parabole? La rencontre, l’échange, la connaissance et la conscience de l’autre valent certainement mieux que la défensive, ou pire, l’attaque!

Ceci dit, j’ai pu tester un remède assez efficace contre les douloureuses piqures d’insectes: l’application d’une compresse de vinaigre, la douleur s’est apaisée très rapidement et cela n’a pas gonflé. La compresse de vinaigre ou de citron marche aussi pour les piqures de moustiques et de guêpes, mais je ne serai pas le cobaye… Un autre remède m’a été proposé par notre druidesse: les feuilles de plantain,  il suffit de prendre une feuille de bien l’écraser entre les doigts et de l’appliquer sur la piqure, le jus est un anti-inflammatoire, un cicatrisant et apaise la sensation de démangeaison. On n’a pas toujours une bouteille de vinaigre sous la main quand on se promène.

 

Cuisinez les herbes sauvages… (suite)

imagesJ’ai trouvé sur internet quelques livres qui nous proposent des recettes de plantes mais je n’en ai lu aucun pour le moment.

Plantes sauvages comestibles de Steffen Fleischhauer édition ULMER,

La cuisine des plantes sauvages de Meret Bisseger édition ULMER,

Ortie et Pissenlit d’Anne Brunner édition LA PLAGE,

Baies et petits fruits de Linda Louis édition LA PLAGE,

Délices déshydratés de Linda Louis édition LA PLAGE.

Peut-être avez vous déjà lu un de ces livres, merci de nous dire ce que vous en avez pensé? Peut-être avez vous d’autres livres à conseiller sur ce thème?

 

_(Expire le 09 Nov 2013)_

Le Mahonia … idées recette

OLYMPUS DIGITAL CAMERACe petit arbuste aux airs de houx enchante les fins d’hiver par ses jolies grappes de fleurs jaunes parfumées. Plusieurs d’entre eux composent la haie de ma parcelle au grand bonheur des abeilles, des papillons et surtout des oiseaux qui raffolent des baies bleu-violet qu’ils produisent entre juin et août.

Ce week end, les petits fruits sont parfaitement à maturité et forte d’un essai concluant de l’an dernier de notre « druidesse » Élisabeth, j’ai décidé de faire un peu de confiture de Mahonia…  En avant pour la cueillette, la confiture de mahonia ça se mérite, et oui avec ses airs de houx, ça pique un peu! Avec l’aide de la « druidesse » et d’une amie, on en a cueilli un bon seau, ce qui n’est pas mal du tout.

Après les avoir bien nettoyés pour ne garder que les fruits (il faut les grappiller) et les avoir lavés rapidement, je les ai mis dans une marmite pour les faire cuire, tel quel, sans sucre et sans eau, pendant une bonne heure, à feu doux, en remuant de temps en temps pour ne pas que ça attache. Et j’ai laissé refroidir toute la nuit.

P8070348 [1024x768]Le lendemain, j’ai passé le tout au chinois. Ses baies ont des pépins qu’il faut enlever, on peut le faire aussi au moulin à légume. J’ai obtenu une purée de fruit, assez épaisse.

Tel quel, c’est un peu acide mais c’est déjà très parfumé.

Comme il y avait 1k600 de pulpe, j’ai décidé de faire un peu de confiture et un peu de pâte de fruit.

Pour la confiture: pour 1kg00 de pulpe, il faut ajouter le même poids de sucre cristallisé et un sachet de « vit-pris », faire cuire les fruits et le « vit-pris » pendant quelques minutes, ajouter le sucre. Laisser bouillonner très doucement pendant 5 à 10 min en remuant. Répartir dans les pots et les fermer hermétiquement après avoir flambé la surface avec un peu d’alcool. Et mettre des belles étiquettes…

P8040343 [1024x768]Pour les pâtes de fruit: pour 600gr de pulpe, le même poids de sucre et 3 sachets de « vite-pris ». Procéder comme pour la confiture pour la cuisson. Étaler sur une plaque recouverte d’un papier cuisson et laisser refroidir et sécher une journée. Puis découper en cubes de 2cm, passer les cubes dans du sucre cristallisé et poursuivre le séchage encore un ou deux jours, puis les mettre dans une boite métallique entre deux feuilles de papier cuisson. Pour l’aider à sécher, j’ai un ustensile très utile, un déshydrateur de fruit.P8070344 [1024x768]

Pour déguster la confiture, nous avions essayé l’an dernier en accompagnement d’un magret de canard grillé, une petite note acidulée qui nous a bien plu.

Pour la pâte de fruit, là c’est Michel qui en a eu l’idée: en apéritif, des toasts de pain grillé, une fine tranche de foie gras, et une lamelle de pâte de fruit de Mahonia, un petit tour de poivre… Sublime!P8040341 [1024x768]

Oui, bon, on aime le canard! c’est notre côté Sud ouest qui ressort!

_(Expire le 25 Dec 2013)_

voyage à l’ile Maurice

A l’autre bout de moi,Marie-Thérèse Humbert, 1979 (Bibliothèque du CAHM)
Un roman très étrange, très prenant, très dérangeant, qui donne envie de
visiter l’île Maurice, en dépit ou peut-être à cause de ce qu’on apprend
sur ses habitants, ses castes, ses croyances.
Un lieu où la couleur de la peau, plus encore qu’ailleurs, fait que l’on
est « blanc », donc supérieur, avec un rang à tenir, en dépit de tout,
et surtout des inévitables et inavouables métissages. Un lieu où deux
jumelles, dans un passé pas si lointain, dans une famille très
dysfonctionnelle, s’opposent, l’une se pliant à la règle sociale des
« blancs », l’autre se révoltant jusqu’à aller épouser la cause d’un
jeune politicien indien qui prêche l’indépendance. Mais lorsque la
révolte de Nadège s’éteint quand, pour protéger sa sœur, elle décide
d’avorter de son amant et en meurt. C’est alors Anne qui reprend le
flambeau.
Elisabeth B

compte rendu de lecture

P1020283Asmara et les causes perdues, Jean-Christophe Rufin,  Folio Gallimard
2001 (Bibliothèque du CAHM)
Improbable rencontre, sous la forme d’un journal intime, entre un vieil
arménien, ancien marchand d’armes quasi mort d’ennui, dont la famille
est installée depuis deux cents ans à Asmara, en Ethiopie, et le
responsable d’une mission humanitaire venu secourir les populations.
De la remise en question de l’aide humanitaire, qui peut, dans certains
contextes, être, en toute bonne foi, manipulée par le pouvoir en place.
Écriture brillante, recherchée mais fluide.
Documentation solide.
Un roman historique remarquable, qui se lit comme un polar.

Elisabeth B.

Cuisinez les herbes sauvages…

Je viens de lire dans le Magazine du Monde un article sur la recrudescence, dans la nouvelle cuisine, de l’utilisation des herbes sauvages. Les grands cuisiniers ont été séduits par ces « mauvaises » herbes. Certains grands restaurants redécouvrent les vertus gustatives de l’ortie, de l’ail des ours ou de la bourrache. Nos papilles s’émerveillent: « En ramassant ce que la nature et la saison nous offrent, on peut dessiner le paysage local dans l’assiette ».
Un livre et un site nous sont conseillés:
L’appel gourmand de la forêt de Linda Louis, édition La plage en 2011. 51n9X8xrvfL__

Sur le site www.cuisine-campagne.com, plusieurs recettes nous sont proposées pour agrémenter notre cueillette.

Vous aussi, vous avez déjà cueilli des herbes et des baies sauvages et vous les avez utilisées pour des recettes aussi surprenantes que savoureuses, faites nous en profiter! Nous avons sur Héliomonde et dans les environs des espaces où chaque cueilleur peut dénicher des merveilles.

Attention, néanmoins, toutes les plantes et toutes les baies ne sont pas comestibles, sachez les reconnaitre et les choisir, et surtout lavez les avant de les déguster.

Je vous ferai partager quelques unes de mes recettes dans les prochaines semaines… à bientôt.

_(Expire le 31 Oct 2013)_

Savez-vous ce qu’est un Haïku?

Un Haïku est un petit poème japonnais très codifié, c’est un art minimaliste.
Il comprend 17 syllabes et est découpé en 3 vers de, successivement, 5, 7 et 5 syllabes. Il met, en général, à l’honneur la nature, le temps et les saisons.

Ce week-end, je me suis amusée à en écrire, je vous propose ces quelques exemples:

Douce caresse,
Souffle du zéphyr de juin,
Chaleur… tendresse.
Parfum délicat,
Fraiche rose épanouie,
Ses pétales grenat.
Un éclair… et crac…
Les nuages lourds assombris,
L’orage claque…
Sentier camouflé,
Sérénité absolue…
Au bout… un chalet…
Un, deux, trois, Soleil,
Héliomonde découvre
Toutes ses merveilles.

Voulez-vous, vous aussi, vous amuser?

_(Expire le 09 Dec 2013)_

Quelques oiseaux familiers d’Héliomonde

Les reconnaîtrez-vous à l’occasion d’une promenade ou sur votre parcelle? Certains sont très familiers, d’autres plutôt timides.
Citez dans l’ordre le nom commun de chacun de ces oiseaux, le premier qui aura trouvé la totalité des noms aura gagné… Un TEE shirt. A vos claviers…

_(Expire le 06 Dec 2013)_

Pour le parquet de Marie…

Je suis à la recherche d’une ponceuse à parquet…en prêt ou en location.
Marie, parcelle 484

à lire…

« Le cercle littéraire des amateurs d ‘épluchures de patates »
de Mary Ann Barrows,

un livre plein de charme, que l’on peut poser et reprendre à tout moment. C’est un roman épistolaire qui nous parle de la vie des habitants de Guernesey sous l’occupation allemande.

Un vrai petit bijou!

Le printemps est arrivé

Héliomonde commence à reprendre des couleurs.
Les merisiers, les forsythias  et les mahonias sont en fleurs,
les primevères tapissent le sol.

    Fleurs


    Y en a marre …..

    De ces lapins qui viennent gratter dans nos plates-bandes !
    De ces chevreuils qui viennent brouter nos rosiers !
    De ces écureuils qui viennent voler nos noisettes !
    De ces coucous qui viennent nous casser les oreilles dès que le soleil lance un premier rayon!
    De ces hérissons qui farfouillent dans les feuilles,  toute la nuit,  à la recherche de limaces !

    Vivement que la direction mette un terme à ces exactions !!!!

    (pour les lapins, première tentative avortée)